19/11/2012

L'énergie à l'horizon 2035, rapport de l'AIE: aïe, ça risque de faire mal !

Le très attendu rapport annuel de l'Agence internationale sur l'énergie (AIE) a été publié le 12 novembre 2012. Bien que notre presse locale s'en soit peu faite l'écho, il s'agit bel et bien d'une bombe, car ses projections diffèrent fondamentalement de celles d'il y a un an. Le nouveau facteur, largement imprévu, est la rapidité avec laquelle les Etats-Unis et le Canada investissent dans le pétrole et le gaz de schiste et, dans le cas du Canada, dans le pétrole extrait des sables bitumineux. A l'horizon 2020, les Etats-Unis deviendraient ainsi le premier producteur mondial de pétrole dépassant l'Arabie Saoudite et en deviendraient même un exportateur dès 2030. Dès 2017, les Etats-Unis dépasseraient la Russie pour devenir le premier producteur mondial de gaz.

Malgré l'augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité et malgré d'importants efforts consentis en matière d'économies d'énergie, le scénario de l'AIE prévoit que la demande pour l'énergie fossile continuera de croître significativement: alors qu'elle n'augmente que peu dans les pays de l'OCDE, elle augmente de 60% en Asie. Ainsi, à l'horizon 2035:

  • la demande en pétrole (y compris le gaz liquéfié assimilé), atteindra 99 mio de barils par jour soit une augmentation de près de 20%;
     
  • la demande en gaz augmentera de 50%, pour atteindre cinq mille milliards (trillions) de m3;
     
  • la Chine, la Corée, l'Inde et la Russie notamment, continueront d'investir dans des centrales nucléaires; toutefois, la Chine et l'Inde investiront principalement dans des centrales au charbon; résultat: une demande en charbon qui augmentera de 21%.

 

UMPP.jpg

Toujours selon le rapport de l'AIE, ceci aura pour conséquence que les émissions de gaz à effet de serre, actuellement de 31 gigatonnes (Gt), atteindront 37 Gt en 2035. On est donc très loin de la diminution de 20% par rapport à 1990 souhaitée par les différentes initiatives  dites de l'"après Kyoto", parmi lesquelles le "Plan climat" de l'Union européenne et, chez nous, la Loi sur le CO2 qui entrera en vigueur 1er janvier 2013.


 à g.: projet d'une des 12 centrales thermiques au charbon en Inde, chacune de puissance de 4 GW (soit dix fois Mühleberg...)

Cette augmentation des émissions pourrait provoquer à long terme une augmentation de la température moyenne mondiale de 3,6 degrés, dépassant donc très probablement le seuil de 2,0 degrés visé par les initiatives "après-Kyoto".

Des belles déclarations d'intention ont été faites en 2011 à Durban et seront sans doute répétées la semaine prochaine à Doha mais à l'échelle mondiale, l'Union européenne et la Suisse sont malheureusement encore très seules, introduisant des mesures peu suivies dans le reste du monde.

Sans que cela ne soit pour autant une raison de ne rien faire, nous devons rester lucides et modestes, en étant bien conscients que quoi qu'on fasse en Suisse, cela n'aura strictement aucun effet, ni sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre, ni sur le réchauffement planétaire. Entre temps, nous nous donnons bonne conscience, nous améliorons notre image et nous montrons l'exemple à ceux qui voudront bien se donner la peine de s'y intéresser. La mobilisation mondiale, quant à elle, n'a malheureusement pas encore eu lieu. Elle devient urgente.


Sources: International Energy Agency:

http://www.iea.org/newsroomandevents/pressreleases/2012/n...

http://www.iea.org/multimedia/video/name,33413,en.html

14:35 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

24/10/2012

Electricité zéro nucléaire à Genève (suite): réponse de SIG

Ce post fait suite à ceux des 6 et 11 août derniers - que je vous invite à consulter - dans lesquels je critiquais la communication de SIG destinée à ses clients selon laquelle l'électricité distribuée était zéro pourcent nucléaire. Je m'étais adressé à SIG en demandant des explications et en m'engagent à les publier. C'est aujourd'hui chose faite. Je vous laisse en prendre connaissance.

Lire la suite

10:07 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

06/08/2012

D’où vient l'énergie électrique?

Comme pour tous les Genevois fournis par SIG, ma dernière facture de consommation était accompagnée d'un flyer détaillant la source de l'électricité produite. Ainsi on apprend qu'elle serait renouvelable (essentiellement hydroélectrique) à raison de 88,5% et fossile à raison de 11,5%: zéro nucléaire! Alors bravo SIG, bravo Genève? Peut-être. Mais alors où vont les 40% d'électricité d'origine nucléaire produits en Suisse? Vers d'autres cantons peu exigeants en matière d'énergies renouvelables et peu regardants envers le nucléaire (des noms, des noms!)? Où vont nos importations d'électricité depuis la France, dont on sait qu'elle est nucléaire à raison de 78%? Vers ces mêmes affreux cantons que l'on devrait montrer du doigt? EDF nous fait-il d'ailleurs la faveur de nous réserver sa part d'électricité non nucléaire?

Probablement pas. Puis, le réseau électrique suisse et européen n'est-il pas à un tel point interconnecté qu'au fond toute l'électricité distribuée sur l'ensemble du territoire suisse provient des mêmes sources par le simple effet des vases communicants? En effet, les quantités d'électricité importées et exportées chaque année dépassent la production nationale1, ce qui illustre bien le caractère dynamique, fluide, diffus et interconnecté du marché suisse et européen de l'électricité. Dans ces conditions, y a-t-il vraiment un sens à vouloir communiquer, et à plus forte raison au dixième de pourcent près, la source de l'électricité distribuée? Est-ce même honnête?

________________________________________________________

1En 2011: 64 TWh produits, 80 TWh importés et 77 TWh exportés: source: Office fédéral de l'énergie (OFEN)

________________________________________________________

Ci-dessous: zéro nucléaire à Genève, l'électricité de Leibstadt va ailleurs. Youpi!
Vraiment?

 

kkw-leibstadt.jpg

18:55 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

30/05/2012

Le plus grand parc solaire mondial inauguré en Inde

Proche de la mer d'Oman et bordant des grands marais salants asséchés une bonne partie de l'année, le parc solaire de Charanka a été inauguré récemment dans l'Etat indien du Gujarat. D'ici à 2015, les phases successives permettront d'atteindre 600 MW sur une surface de 2000 hectares, soit une production d'énergie comparable à celle d'une centrale thermique ou nucléaire de taille moyenne. Les 214 MW actuels placent toutefois déjà ce parc solaire au premier rang mondial. D'autres projets sont en préparation, et l'Etat du Gujarat prévoit une production de plus de 10 GW (10 000 MW) à l'horizon 2020.

charanka.jpg

Situé à l'ouest de l'Inde, ce désert salé à fort rayonnement solaire (plus de 2100 kWh/m2) se prête tout naturellement à ce type d'investissement. Dans le canton de Genève, le rayonnement solaire est sensiblement inférieur (1250-1300 kWh/m2). C'est donc 3500 hectares qu'il nous faudrait pour produire la même énergie que le parc de Charanka, soit près d'un tiers de la zone agricole actuelle...

Ci-dessus, une petite partie des 2000 hectares: or un parc solaire, c'est ça!


Alors que l'on continuera longtemps chez nous de gesticuler sur l'énergie solaire, elle ne représentera jamais qu'une infime proportion de l'électricité produite et consommée à Genève et en Suisse. La construction de centrales au gaz de nouvelle génération (à cycle combiné), pour remplacer les centrales nucléaires, est donc indispensable, n'en déplaise à certains.


à d.: l'ouest de l'Inde, un ensoleillement de plus de 2100 kWh/m2

SolarGIS-Solar-map-India-en.png

13:35 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

19/04/2012

Energie électrique: que veut-on?

En réalité, on ne sait pas. A lire le dernier sondage en ligne auprès des lecteurs de Tdg.ch concernant l'opportunité de construire cinq ou six "nouvelles" centrales à gaz en Suisse (comme s'il y en avait des existantes…), il y a nettement plus de "non" que de "oui".


à g.: état du sondage le 19 avril 2012 à 11h30



Par ailleurs, on ne veut pas non plus de:

  • gaz de schiste;
  • géothermie profonde;
  • centrales nucléaires;
  • parcs éoliens;
  • parcs solaires;
  • barrages hydroélectriques.


Parc solaire en Allemagne


Voici à quoi ressemble un "vrai" parc éolien:
inimaginable en Suisse!


Or même si d'importantes économies sont encore probablement possibles pour les combustibles et si la consommation de carburants restera tempérée par le prix de l'essence, le besoin en énergie électrique continuera longtemps d'augmenter en Suisse et, à défaut de pouvoir la produire par manque de vision, d'ambition et de courage politique, il faudra bien l'importer: bref polluons, mais ailleurs que chez nous. Prétendre autre chose, c'est du blabla, du pipeau, des billevesées, de la naïveté, de l'ignorance, de la myopie ou enfin pire, des mensonges.

 

 

11:53 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

12/07/2010

Pour une loi sur le CO2 réellement utile

David Syz, Président de la Fondation centime climatique, déclarait récemment que:

"Notre planète n’est finalement pas très intéressée de savoir si la tonne de CO2 évitée l’est en Suisse ou à l’étranger".

Puis, pour paraphraser Winston Churchill, on peut ajouter que

"Les mécanismes du marché sont les plus inefficaces qui soient, à l'exception des autres systèmes que l'on a tenté ici et là d'instaurer à leur place".

Lire la suite

17:49 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/09/2009

Taxe sur les grosses cylindées - une mesure vraiment utile?

David Haeberli - TdG - 27.09.2009. Les grosses cylindrées seront plus onéreuses dès 2010: «Ce résultat va dans le bon sens. Un petit pas vient d’être effectué. Nous lancerons bientôt un projet plus ambitieux.» Anne Mahrer, présidente des Verts, affichait un sourire radieux au moment de découvrir que les Genevois ont accepté à 76,6% le système de bonus-malus à l’achat de voitures de tourisme. Christian Bavarel, député du même parti, tire de ces chiffres une conviction: «Une prise de conscience a eu lieu. Les citoyens savent que la situation impose de prendre des mesures.». Dès 2010, les véhicules qui émettent plus de 200g/km seront pénalisés d’un malus de 50%. Leurs propriétaires paieront donc une fois et demie la taxe auto. Pour une émission entre 120 et 200g/km, les taxes resteront inchangées. La taxe votée concerne uniquement les voitures neuves. Les Verts ont maintenant l’intention de l’étendre à l’entier du parc automobile. «Nous présenterons certainement, lors de la prochaine législature, le même texte que celui que nous avions présenté» au début des débats sur cette question, relance Anne Mahrer.

Lire la suite

09:52 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook