01/10/2014

Après l'échec de l’IN 152, l’aménagement urgent de la circulation à Arve-et-Lac

Quarante-quatre pourcent des votants Thônésiens se sont exprimés pour la traversée de la rade, le plus fort taux de "OUI" parmi les communes de plus de 10'000 habitants. Les huit communes qui ont quant à elles accepté l’initiative 152 sont voisines, situées dans le secteur d’Arve-et-Lac et sont, tout comme Thônex, très mal reliées à la rive droite et au reste du pays. Mais il est vrai que nos problèmes de mobilité n’intéressent pas toujours la population des autres parties du Canton. Je le regrette.


Parmi ceux qui ont refusé l’initiative 152, un certain nombre s’est probablement laissé convaincre par les arguments du Conseil d’Etat, concernant d’une part les aspects financiers et d’autre part le fait que le projet était prétendument foncièrement mauvais et qu’il fallait privilégier la grande traversée, celle du Lac. Soit. En automne 2009, en pleine campagne pour les élections cantonales, Mark Müller affirmait qu’il espérait cette grande traversée pour 2018 alors que sa collègue du Conseil d’Etat Michèle Künzler parlait elle de "pas avant 2035"… ; aujourd’hui, le Conseil d’Etat parle de 2030 pour le début des travaux, bien que Luc Barthassat, dans l’enthousiasme de sa campagne contre l’initiative 152, ait même évoqué la date de 2025 !

Ce projet fait maintenant l’objet d’une nouvelle initiative, proposée cette fois-ci par les groupes PLR et PDC. Son but est "d’envoyer un signal fort à Berne", bien que son éventuel succès sera de toute façon non contraignant pour nos autorités fédérales qui, quant à elles, ne considèrent apparemment pas ce projet comme étant prioritaire. Puis, il reste la question du financement: tant le Conseil d’Etat que l'initiative évoquent un partenariat public-privé et un péage, nécessitant une dérogation de Berne: et si Berne ne l’accordait pas ? Et si le "signal fort" s’avère finalement être un signal mou, voire - ô horreur ! - négatif ? Doris Leuthard est d’avis que les travaux ne pourraient raisonnablement débuter, le cas échéant, que dans un délai de 15 à 30 ans (donc probablement plutôt 30...). Après le CEVA, l’élargissement de l’autoroute de contournement, la 3e voie ferroviaire entre Genève et Lausanne et le contournement autoroutier de Morges, les parlementaires fédéraux seront probablement peu enthousiastes pour financer un mégaprojet de plus dans l’arc lémanique.

Je signerai cette nouvelle initiative et la voterai le moment venu mais, né en 1949, ne verrai peut-être jamais cette grande traversée, alors que les problèmes de mobilité de notre partie du Canton persistent et risquent même de s’aggraver, notamment avec l’urbanisation des Communaux d’Ambilly.

petition_bouchons.jpg ______________________________________________

Ci-dessus: dépôt des signatures de la RM-12-01 à la Mairie de Thônex le 9 mars 2012; le sujet a été mis à l'ordre du jour du Conseil municipal du 20 mars 2012. La proposition du Bureau du Conseil municipal, consistant à renvoyer la pétition au Conseil administratif, a été acceptée par 22 voix "pour" et 4 abstentions.

Aussi, il est urgent de réaliser enfin les aménagements routiers visant à fluidifier le trafic à Thônex et dans les communes avoisinantes sur la bien pauvre "tangentielle est" du canton (axe route de Jussy - avenue de Thônex). La pétition communale de 2012 "Faisons sauter les bouchons à Thônex" (RM-12-01) propose un certain nombre de mesures spécifiques. Elle reste plus que jamais d’actualité!

08:41 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Je vous invite à prendre connaissance de mon projet de traversée du lac à l'adresse qui suit. Mon projet de traversée du lac s'insère dans un projet d'ensemble, proposant une traversée routière et ferroviaire, mais aussi le raccordement direct de la ligne ferroviaire de l'aéroport à la ligne de chemin de fer de Lausanne, à Genthod. L'ensemble réalise le périphérique routier que vous appelez de vos voeux, mais aussi un réseau maillé de chemin de fer, qui offre une desserte ferroviaire finement répartie, dans le temps et dans l'espace.

Je souhaite que mon projet puisse rassembler: rassembler les Genevois, mais aussi les autorités communales, cantonale, et fédérale.

https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

Écrit par : weibel | 01/10/2014

Merci de me lire, M. Weibel. Je prendrai connaissance de votre dossier étoffé prochainement, mais en attendant je ne peux qu'abonder à priori en faveur d'une traversée rail/route pour laquelle je m'étais déjà exprimé en 2009 sur la page Facebook "Pour la traversée du lac" que j'administrais (page entretemps supprimée), ceci alors que le projet Mark Müller ne prévoyait pas le rail. Sans le rail, il y a en effet peu de chance de rallier la gauche et les verts.

Écrit par : Ashwani Singh | 01/10/2014

Le parti des verts'libéraux a déjà déclaré vouloir s'appuyer sur mon projet. Vous trouverez sans peine cette référence à mon projet sur son site.

Écrit par : weibel | 01/10/2014

Ceux qui parlent de l'autoroute A1 de contournement "en compensation" (de quoi, d'ailleurs ?) sont complètement hors-sujet. L'axe Perly-Vengeron est un demi-cercle à l'ouest de Genève et ne sert qu'à contourner Genève par l'ouest pour se rendre entre les lieux situés au nord et au sud de Genève de part et d'autre. Or cela ne concerne en aucun cas les habitants d'une moitié EST de Genève, trop souvent oubliés qui quant à eux n'ont aucun grand axe de contournement à disposition : tous les axes rejoignent Genève, côté EST de la ville. La traversée du lac, c'est à dire ce nouvel axe autoroutier entre Vengeron et Thônex, permettra de rendre les choses plus symétriques dans notre agglomération. Je dirais même que le travail ne sera pas terminé, il faudra encore connecter Thônex à La Praille/Grand-Lancy, pour terminer la boucle et on pourra ainsi faire tout le tour de Genève par l'autoroute sans jamais traverser la ville ! N'est-ce pas merveilleux ? On peut toujours rêver...

Écrit par : Paul Myers | 15/04/2015

Les commentaires sont fermés.