10/02/2014

Merci Genève !

Malgré tous les efforts déployés par le petit pamphlétiste et polémiste local, Genève a dit clairement "non" à l'initiative fédérale "Contre l'immigration de masse". Merci aussi à Bâle-Ville, Zürich, la Ville de Berne et aux autres cantons romands, Valais compris! Je suis satisfait de constater que les nombreux psychopathes cachés derrière leur pseudo qui commentent les blogs de la TdG ne représentent pas l'avis de la majorité.


Bien sûr au niveau suisse, le peuple a voté et il reste souverain. Je m'abstiendrai de dire qu'il a pour autant toujours raison, mais sa décision doit être respectée. Je craignais un 60% de oui au niveau national, je craignais même que l'initiative passe à Genève. La faiblesse globale du oui est pour moi aussi une source de satisfaction. Ainsi les mesures prises par Berne seront longues à venir et faibles dans leur impact, ne risquant pas - je l'espère -  de provoquer des mesures de rétorsion pénalisantes: l'autogoal, si c'en est un, est heureusement mou.

 
Genève et les autres centres urbains sont pourtant les premiers concernés par les informaticiens français, les chimistes allemands, les traders anglais, les hommes d'affaires russes et les multinationales. Ils sont malheureusement également concernés en première ligne - et Genève tout particulièrement - par les sans-papiers, les mendiants, les dealers, les braqueurs et les cambrioleurs, ainsi que par les voleurs à l'arraché et à l'astuce, mais leurs habitants ne se sont majoritairement pas pour autant laissé emporter par leurs émotions.


Ils ont compris que les problèmes de logement et de circulation sont avant tout dus aux procédures compliquées, aux lenteurs bureaucratiques, aux difficultés de dégager un large consensus politique, aux oppositions répétées et, dans tout cela, au respect des règles. Ils ont compris également que le manque chronique de policiers, de gardes-frontières, de gardiens de prisons et de places de détention ont d'autres causes profondes que celles qui seraient simplement réglées par un "oui" à l'initiative.


Les politologues et sociologues analyseront pourquoi Glaris, Schwyz, Uri et Appenzell, qui ne connaissent quasiment rien de ces problèmes, ont voté massivement oui. En attendant, dans un monde interdépendant qui le deviendra de plus en plus, je suis fier que mon canton d'adoption ait affirmé sa vision d'une Suisse ouverte, confiante et tournée vers l'avenir.  Après quelques jours de doute, je m'y sens à nouveau bien.

08:58 | Lien permanent | Commentaires (35) | |  Facebook

05/02/2014

Initiative populaire fédérale "Contre l'immigration de masse" ne changera rien

L'initiative ne se dit pas xénophobe, mais les xénophobes voteront oui et les initiants ne font bien sûr rien pour refuser leurs voix, au contraire si l'on en croit les récentes campagnes d'affichage. L'initiative sera acceptée ou pas, mais dans un cas comme dans l'autre, environ la moitié des Suisses auront voté oui avec leur cœur, leurs tripes, leurs nerfs, leurs phobies et leurs haines, mais probablement pas avec leur tête. Le texte de l'initiative paraît à priori plein de bon sens, mais que l'initiative soit acceptée ou non ne changera pas grand-chose: en cas de refus, Berne prendra quelques "mesurettes" symboliques sans effet réel, prétendument pour tenir compte des sentiments de la moitié de la population. En cas d'acceptation, Berne sera fort ennuyé, jouera les prolongations, bottera en touche, mettra les pieds au mur, entamera des discussions qui traîneront des années, puis finira par discrètement enterrer le dossier dans quelques années lorsque tout le monde l'aura oublié. Le seul réel effet de l'initiative aura été de nous rappeler, nous qui sommes issus de l'immigration, que la moitié des Suisses ne souhaitait au fond pas notre arrivée dans le pays. C'était vrai en 1970 avec l'Initiative de James Schwarzenbach dont les initiants sont les dignes successeurs. C'est tout aussi vrai aujourd'hui. Au fond je le savais, mais ne j'avais juste pas envie qu'on me le rappelle. Parmi les favorables à l'initiative, combien de voisins, combien d'habitants du quartier, combien d'amis?

11:37 | Lien permanent | Commentaires (48) | |  Facebook