27/11/2012

Climat: au Qatar, ça va chauffer !

Alors qu'en ce moment même, des dizaines de dirigeants nationaux, de diplomates, de représentants d'ONG et de journalistes convergent sur Doha pour le Sommet des Nations Unies pour les Changements Climatiques, le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) montre qu'en matière de climat, les choses vont de mal en pis. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre sont actuellement d'environ 50 gigatonnes d'équivalent CO2 (GtCO2e), soit de 20% supérieures à leur niveau de 2000 et, tout aussi préoccupant, déjà de 11% plus élevées que l'objectif visé en 2020 pour garantir un réchauffement mondial général limité à deux degrés (zone rouge du graphique ci-dessous). Au rythme actuel, les émissions atteindront 58 GtCO2e en 2020, soit 14 GtCO2e de plus qu'elles ne devraient être pour une hausse maximale de deux degrés de la température moyenne mondiale. 

Le problème vient du fait que, mis à part la Suisse et dans une certaine mesure l'Europe, les engagements pris par les Etats en matière de volume de réduction des émissions ne sont de loin pas suffisants. Le PNUE a examiné l'impact des promesses de réduction faites par différents pays depuis la conférence de Copenhague de 2009. Si les pays se limitent uniquement à respecter leurs engagements de base tout en tolérant de nombreuses dérogations, l'effet sera quasiment nul, l'éventuelle économie d'émissions n'étant alors que d'un GtCO2e par rapport au simple "laissez-faire" (cas A du graphique). Mais même si des mesures très ambitieuses assorties de règles strictes étaient mises en place, on n'atteindrait pas la moitié de l'objectif de réduction nécessaire pour limiter le réchauffement mondial à deux degrés (cas B), et d'ailleurs les émissions continueraient d'augmenter au-delà de 2020. 

Ces conclusions vont dans le même sens que celles de l'Agence internationale pour l'énergie dont il a été fait état la semaine dernière (cliquez ici). Or c'est bien dans ce contexte qu'en Suisse, la Loi sur le CO2 entre en vigueur le 1er janvier 2013: de toute évidence, à l'échelle mondiale, ses effets resteront malheureusement, pour dire le moins, limités. 

greenhouse.jpg

18:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.