30/05/2012

Le plus grand parc solaire mondial inauguré en Inde

Proche de la mer d'Oman et bordant des grands marais salants asséchés une bonne partie de l'année, le parc solaire de Charanka a été inauguré récemment dans l'Etat indien du Gujarat. D'ici à 2015, les phases successives permettront d'atteindre 600 MW sur une surface de 2000 hectares, soit une production d'énergie comparable à celle d'une centrale thermique ou nucléaire de taille moyenne. Les 214 MW actuels placent toutefois déjà ce parc solaire au premier rang mondial. D'autres projets sont en préparation, et l'Etat du Gujarat prévoit une production de plus de 10 GW (10 000 MW) à l'horizon 2020.

charanka.jpg

Situé à l'ouest de l'Inde, ce désert salé à fort rayonnement solaire (plus de 2100 kWh/m2) se prête tout naturellement à ce type d'investissement. Dans le canton de Genève, le rayonnement solaire est sensiblement inférieur (1250-1300 kWh/m2). C'est donc 3500 hectares qu'il nous faudrait pour produire la même énergie que le parc de Charanka, soit près d'un tiers de la zone agricole actuelle...

Ci-dessus, une petite partie des 2000 hectares: or un parc solaire, c'est ça!


Alors que l'on continuera longtemps chez nous de gesticuler sur l'énergie solaire, elle ne représentera jamais qu'une infime proportion de l'électricité produite et consommée à Genève et en Suisse. La construction de centrales au gaz de nouvelle génération (à cycle combiné), pour remplacer les centrales nucléaires, est donc indispensable, n'en déplaise à certains.


à d.: l'ouest de l'Inde, un ensoleillement de plus de 2100 kWh/m2

SolarGIS-Solar-map-India-en.png

13:35 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Et après ça, l'Inde ne construira pas son sur(ré)générateur vieille génération ! En effet, c'est le seul moyen efficace pour l'Inde de "brûler" son Pu-239 largement excédentaire, le reste étant utilisé pour ses bombes 3F )-:

La technologie solaire donnée en exemple est largement dépassée. De plus, elle est coûteuse, polluante, sans parler de son mauvais albedo ou de sa faible densité énergétique. Vive la recherche scientifique du futur !

Pour le reste, un territoire exigu comme Genève (avec une telle densité de population prédite à l'horizon 2030...) ne pourra jamais être autosuffisant sans l'apport d'une énergie concentrée comme la fission décentralisée ou même un jour lointain la fameuse fusion thermonucléaire. Vive la recherche scientifique du futur !

Les centrales au gaz ne sont qu'une solution très temporaire (comme la fission nucléaire centralisée) car elle aggrave la pollution atmosphérique. C'est somme toute un retour à la case départ, celle du tout charbon des années 1912 (-;

Pour Genève, à l'heure actuelle, il ne reste plus que du gaz de lisier à brûler ! Les terres agricoles et forestières devraient être préservées coûte que coûte (vive la recherche scientifique du futur !)

Écrit par : pphchappuis | 08/06/2012

Trés belle initiative il faut développer ce genre de parcs pour produire de l'énergie verte !

Écrit par : panneaus solaire performants | 22/08/2012

Les commentaires sont fermés.