30/04/2012

Suisse: Singapour de l'Europe?

Il fut un temps pas si lointain où certains pays étaient qualifiés de "Suisse du…": Suisse du Moyen-Orient (Liban), Suisse d'Amérique du Sud (Uruguay), Suisse d'Asie (Singapour), etc., comparaison flatteuse dont ces pays étaient fiers car cela était synonyme d'ordre et propreté, de bonne gouvernance et de prospérité. Or s'agissant de Singapour, retournons aujourd'hui la question pour savoir si la Suisse mériterait d'être qualifiée de "Singapour de l'Europe": en effet l'élève aurait-il fait mieux que le maître? Apparemment oui. Examinons quelques chiffres:


 

 

Singapour

Suisse

Population, millions, 2011

5,2

7,9

PIB par habitant, rang mondial FMI (en parité du pouvoir d'achat)

USD 60.000 (3e)

USD 43.000 (9e)

Taux de croissance annuel moyen 2007-2010

6,0%

1,6%

Classement mondial PISA

Maths
Sciences
Lecture

2e
3e
5e

8e
15e
14e

Taux de criminalité, classement mondial
Vols 26/100.000 habitants
(69e rang mondial)
758/100.000 habitants
(12e rang mondial)

Homicides

3,7/million d'habitants
(32e rang mondial)

13,2/million d'habitants
(20e rang mondial)

Population résidente de nationalité étrangère

37%

27%

Taux de chômage 2011

1,5%

3.1%

Classement mondial OMS du système de santé

6e

20e

Religions
Bouddhistes 33 -
Chrétiens 18 76
Musulmans 15 4
Hindous 5 -

Autres et sans religion

29

20

Langue maternelle
Allemand - 64
Français - 20
Italien - 5
Autres 3 11
Chinois 50 -
Malais 12 -
Tamoul 3 -
Anglais 32 -
Bonne gouvernance (indice WGI, Banque mondiale) 98,56 95,69

C'est donc une société plus diversifiée encore que la nôtre et qui a, de toute évidence, des indicateurs économiques et sociaux bien meilleurs. Par ailleurs les mosquées ont des minarets, les sikhs portent le turban et les musulmanes qui le désirent portent le hijab, sans que cela ne semble poser le moindre problème à qui que ce soit. A méditer par "Monsieur 18%" et ceux qui luttent contre l'"immigration massive". Quel est le secret de Singapour? Un système d'éducation basé sur l'excellence (alors que les deux-tiers de la population n'est pas de langue maternelle anglaise), des fonctionnaires sélectionnés et nommés par un processus transparent et très compétitif (pas de postes pour les copains), des sanctions pénales claires et suffisamment dissuasives, des juges qui font leur travail, une police qui fait son travail, enfin une ambition, une vision, un courage et une cohérence de la part de la classe politique, qui dispose du soutien d'une très large majorité de la population.

Mosquée du Sultan Une ville tournée vers l'avenir
Centre Sikh Skypark et Marina Bay Sands: hôtel-casino de 2600 chambres, avec piscine à cheval sur les trois tours: conçu par l'architecte Moshe Safdie, l'ensemble a été réalisé en 18 mois

Sources:

www.badac.ch
www.nationmaster.com
www.worldbank.org
www.wikipedia.ord

 

 

16:51 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

Au vu des chiffres, la Suisse a encore du chemin à parcourir avant de devenir le Singapour de l'Europe!

Écrit par : Punica Fides | 01/05/2012

@ça risque en effet d'être très long, voire impossible si la Suisse régresse et Singapour progresse...

Écrit par : Ashwani Singh | 01/05/2012

Comparaison n'est pas raison ! Et que c'est vrai !
Au passage, que sont devenues les autres Suisses du monde : l'Uruguay, le Liban, le Rwanda ou le Costa Rica ? Singapour ne m'a pas impressionné du tout. Singapour et l'Asie (Japon, Corée, Chine, Inde...) ne sont certainement pas des modèles durables pour la Suisse. La Suisse a son histoire, sa propore évolution, ses propres solutions et oublions donc des comparaisons scabreuses liées à une mondialisation débridée et sans issue à moyen terme.

Écrit par : PPhChappuis | 01/05/2012

@PPhChappuis: pauvre Liban, pauvre Rwanda (qui remontent malgré tout la pente), ce qui me fait dire que, bien qu'elle n'y soit pour rien, la Suisse a beaucoup de chance de se trouver là où elle est plutôt qu'entre le Congo et le Burundi ou entre la Syrie et Israël, en quel cas son sort aurait certainement été moins enviable. Par contre l'Uruguay s'en sort pas trop mal et on pourrait ajouter le Chili à la liste des "Suisse du...". Il n'était pas question de Chine, d'Inde ou de Corée, bien qu'au passage je reste impressionné par leur optimisme et leur dynamisme. Mon propos concernait Singapour, qui de toute évidence progresse sur tous les fronts alors que la Suisse régresse: saletés, tags, incivilités, crimes, agressions, mendiants...impensables il y a 20 et 40 ans en Suisse. Le plus triste, c'est que ça se banalise, ça devient finalement la norme, on n'a aucune volonté politique d'y répondre et, au vu de la rapidité de cette "progression", qu'est ce que l'avenir nous réserve?

Écrit par : Ashwani Singh | 02/05/2012

...et j'aurais pu ajouter "crottes de chiens": il y a encore 30 ans, il y avait des bacs à sable partout, dans les parcs publics et ceux des groupes d'immeubles, dans lesquels les enfants pouvaient jouer (les miens l'on fait). Impossible et impensable aujourd'hui, les bacs sont condamnés et vidés par les régies, non seulement pour les crottes de chien mais aussi pour les sereingues, les canettes vides et les déchets tous genres. Encore une régression: population vieillissante, personnes seules, chiens partout avec les conséquences que l'on imagine, de moins en moins d'enfants...

Écrit par : Ashwani Singh | 02/05/2012

L'Urugay a connu sa dictature et connaît toujours des problèmes avec son grand voisin Argentin. Le Costa Rica connaît des problèmes de sécurité en partie à cause de ses voisins (trafic de drogue, guérilla etc.).
Je suis content de voir que les données géographiques et démographiques (densité) ne sont pas si anodines que ça.
Singapour (seulement 650 km2 à surveiller !) située entre la Malaisie et la surpeuplée Indonésie pourrait bien un jour connaître des problèmes... la piraterie malaise, l'approvisionnement énergétique, par exemple... La descente peut être très rapide dans ce cas (on le constate bien avec l'Espagne). Le Liban des années 60 était merveilleux, dit-on.
Pour le reste de l'Asie, la facheuse habitude du "smiling face" pour masquer ses problémes à l'étranger est tjrs trop efficace, particulièrement, en Chine et en Corée. Une Chine avec 30% d'étrangers, c'est l'émeute garantie en Chine ! Je n'épilogue pas.
Pour l'Etat de Genève (Genf n'a jamais été la Suisse !), oui, il y a 40 ans, on pouvait laisser les clefs de contact dans sa voiture sans risque de vol. Pour les chiens, c'est évidemment une question d'éducation et de civisme. Allez expliquer ça à Mme Salerno !
Finalement, la ville de Singapour pourrait être comparée avec Monaco. Et Genève avec Kagoshima...
Pour trouver votre rêve terrestre, choisissez TAIWAN ! (malgré les Typhons et les tremblements de terre) à comparer avec la CORSE...

Écrit par : PPhChappuis | 02/05/2012

@PPhChappuis: Comparons ce qui est à peu près comparable, alors oublions la comparaison entre la petite Suisse et la Chine avec ses 1,3 milliards d'habitants. Je suis allé plusieurs fois à Taïwan pour des raisons professionnelles. Je n'y a simplement pas vu de crottes de chien, de seringues dans les parcs, de tags, de déchets à même le sol...je ne me suis par ailleurs jamais fait ni agressé ni dérobé et, c'est vrai, le sourire des habitants m'a plu. L'intérieur du pays est très montagneux et beau, mais c'est également vrai que la côte entre Taïpei et Kaoshiung est fortement industrialisée, tout comme l'est Singapour, car il y a notamment l'industrie électronique, des chantiers navals et des complexes pétrochimiques: alors beaucoup de Suisses peuvent toujours trouver cela horrible, mais ils devraient au fond être reconnaissants que d'autres produisent malgré tout les ordinateurs, les voitures et l'électroménager qu'ils achètent - cela s'appelle "pollution indirecte (inconsciente ou hypocrite) ailleurs que chez nous". Pour financer nos échanges commerciaux, heureusement qu'il nous reste la banque privée, l'horlogerie, le chocolat, les multinationales (absolument!), les hedge funds, les "traders anglo-saxons", quelques très gros contribuables, le château de Gruyères, Gstaad, Zermatt, le Cervin, Interlaken et le Jungfraujoch comme sources de richesse grâce auxquelles nous pouvons encore nous permettre des salaires médians de CHF 9000 à nos fonctionnaires, et que ces activités motrices de notre économie sont relativement peu polluantes: ayons toutefois l'honnêteté et la modestie de reconnaître que c'est en partie des accidents (heureux) de l'histoire et des hasards (également heureux) de la géographie. Or retrouvons nos repères d'il y a quelques décennies et ne laissons pas tout cela se dégrader encore plus sans réagir. Merci de me lire.

Écrit par : Ashwani Singh | 02/05/2012

C'est exactement là où je voulais vous mener : ne comparons pas ce qui n'est pas comparable ! Singapour n'est pas comparable avec la Suisse (comparaison n'est pas raison !). Pour Taiwan (ça ne sent pas toujours la rose... et c'est pas canin !), jamais dit que l'industrie était une tare, bien au contraire ! Merci, de ne pas oublier l'industrie chimique, pharmaceutique,spaciale, mécanique, électrotechnique, microtechnique et autres cleantechs à conserver en Suisse et à ne pas brader à certaines multinationales sur un coup de tête. En outre, merci de ne pas confondre l'économie réelle (celle de nos PME/PMI) avec une finance spéculative devenue schizophrénique depuis les années 80 et la mise en pratique de l'effet de levier.
Pour le reste, vos seringues, tags et autres crottes de chien (en Suisse, l'amour du chien est culturel...) sont produits autant par le brillant hedge funder, le sans-papier que par l'adolescent fils de l'employé modèle travaillant dans l'entreprise X ou Y.
En ce qui concerne la "pollution indirecte" que vous mentionnez (résultat d'un "NIMBY"), elle n'a pas vraiment de frontière, surtout quand elle est sous forme gazeuse... Je n'épilogue plus !
Meilleures salutations et bon blog !

Écrit par : pphchappuis | 02/05/2012

"Mes" sereingues, tags et autres (là, vous faites fort!) sont peut-être produits impunément par différentes catégories soicio-culturelles en Suisse dans une société devenue molle et ayant baissé les bras, mais en tout cas pas ni à Taïwan ni à Singapour, où c'est sévèrement réprimé et à juste titre. L'industrie pharmaceutique suisse stagne (notamment pas grand chose dans le pipe-line de Novartis, son cours de l'action en témoinge); "Cleantech" est un joli slogan scandé par les élus politiques (savent-ils même en quoi cela consiste?) qui sont les seuls à y croire (ou au fond peut-être même pas), car au moins 20 pays possèdent un secteur "cleantech" aussi développé voire plus que celui de la Suisse; les industries mécaniques et électromécaniques - ou ce qu'il en reste - sont par excellence précisément l'appange de multinationales (Sulzer, ABB, Rieter, Burkhardt, Oerlikon...); Sulzer s'est d'ailleurs débarassé de son secteur des moteurs diesel marins auprès du finlandais Wärtsilä; à Genève, qu'est-il advenu de nos "fleurons" que vous semblez implicitement tant glorifier? Charmilles, Sécheron, Motosaccoche, Hispano-Suiza, SIP? Détruites par les multinationales ou les méchants spéculateurs financiers (anglo-saxons, évidemment!)? Non. Tout simplement disparues par manque d'ambition, manque de vision, mauvaise gestion...Enfin je n'ai pas bien compris votre remarque sur la pollution sans frontières. Bonne soirée.

Écrit par : Ashwani Singh | 02/05/2012

"Comparaison n'est pas raison"? Et pourquoi donc pas? Parce que les conclusions dérangent? La comparaison entre la Suisse et Singapour est parfaitement valable: petits pays avec une population du même ordre, tournés vers l'extérieur, avec une économie fortement axée sur la finance et les services. Si la comparaison n'est pas à l'avantage de la Suisse, ça devrait au contraire nous réveiller, nous stimuler. Vu le nombre de personnes satisfaites qui raisonnent probablement comme PPhChappuis, ce n'est pas demain la veille. Alors endormons-nous plutôt que de rechercher l'excellence...

Écrit par : chat_touilleur | 03/05/2012

@ASingh : Désolé mais je ne veux pas voir mon pays se transformer en ce que vous désirez. Pour le reste, c'est un joli procès d'intention digne de Staline. Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait rien faire contre l'insécurité. Mais Singapour n'est pas l'exemple à suivre. En Europe, en Suisse, nous avons nos propres visions du monde et de la vie qui n'est pas forcément celle des asiatiques au sens large.
Pour le reste, vos critiques contre nos PME/PMI devenues avec le temps des multinationales (oui, avec des fusions stratégiques à la clef) reconnues me font froid dans le dos, digne des propos d'une cinquième colonne !
Il est vrai que Genève a connu une désindustrialisation depuis déjà les années 30. Mes arrière-grands-parents ... et moi-même l'avons dénoncée à maintes reprises.
Vous vous trompez de cibles !
Pour la pollution, lisez et étudiez !
Meilleures salutations

Écrit par : pphchappuis | 03/05/2012

@chat_touilleur, non la situation de Singapour ne me dérange absolument pas. On peut aller à Bahreïn, c'est joli aussi ! A quoi bon, comparer un pays de 41000 km2 avec une île de 650 km2. La Suisse est comme ci et Singapour est comme ça. Et alors !
Pour le reste, on est ni endormi, ni satisfait, ni insatisfait. On vit comme le font certainement la majorité des Singapouriens...
Pourquoi envier les Singapouriens plus que les Costaricains ?

L'excellence vient naturellement avec le temps, la tradition, la passion et l'amour du travail bien fait et culturellement le Suisse possèdent ces vertus cardinales. Nul besoin d'envier l'autre.

Écrit par : pphchappuis | 03/05/2012

@pphchappuis: tout en étant partiellement d'accord avec certains propos de votre dernier commentaire, je regrette de voir la Suisse régresser alors que d'autres progressent, de voir l'absence de vision, d'ambition et de courage politique alors qu'ils existent ailleurs, de voir la Suisse devenir vieille, craintive et opposée à tout changement, enfin de voir la classe politique empêtrée et rendue immobile par un juridisme excessif la rendant ainsi incapable de proposer des réelles solutions aux problèmes démographiques et sociaux qui ne vont que s'amplifier. Les vertus cardinales que vous évoquez, je ne les vois plus chez celles et ceux qui estiment avoir "droit" au logement, qui veulent (qui "exigent!") des appartements subventionnés, qui croient que la société leur "doit" un emploi (sauf bien sûr de vider les pots de chambre dans les EMS ou de nettoyer les WC de l'aéroport car ça, tout le monde est au moins d'accord là dessus, c'est réservé aux immigrés), qui estiment avoir "droit" à une place dans une crèche...etc., la liste est longue. N'en déplaise à certains, beaucoup sont...Suisses! Des Suisses qui ne savent pas chanter leur hymne national ni parler l'allemand ou le schwyzerdütsch, pourtant 1ère langue du pays, mais qui seront peut-être les premiers à râler contre les suisses-allemands et reste du monde. L'amour du travail bien fait? Vous vivez en 1912 ou 2012? Tout fout le camp, mais je suis le premier à le regretter.

Écrit par : Ashwani Singh | 30/05/2012

Les commentaires sont fermés.