20/04/2012

Genève, ville internationale ou simple enclave suisse en France?

En observant l'intérêt que soulève l'élection présidentielle française à Genève sur la TV, la Julie, les blogs tdg.ch et les posts sur Facebook, on peut en effet se poser la question. Par contre que sait-on à Genève sur la politique allemande, britannique, hongroise ou suédoise? Connaît-on même le nom du premier ministre anglais depuis que ce n'est plus Tony Blair? Qui sait quand se tiendront les prochaines élections législatives allemandes? D'ailleurs qui s'y intéresse? Certes, nous sommes peut-être plus concernés par la France parce que nous y faisons nos emplettes, y allons skier ou y possédons une résidence secondaire; ou encore parce que les frontaliers français viennent nous voler nos emplois en pratiquant du dumping salarial. Mais cela explique-t-il à ce point cet engouement, voire ces passions, pour une élection qui au fond ne nous concerne que très indirectement?

Il y a quelques années, un informaticien indien au bénéfice d'un permis temporaire "L" travaillant à Genève pour un projet que je dirigeais alors s'était rendu dans une grande surface consacrée à l'ameublement pour y acheter un lit. Souhaitant des renseignements, il avait cherché un vendeur parlant anglais: "impossible", lui a-t-on répondu: "par contre, nous pouvons vous renseigner en français, portugais, espagnol, serbo-croate ou albanais"…même pas en allemand ou suisse-allemand, pourtant première langue du pays. La seule différence avec Limoges, Angoulême, Tours ou Châteauroux qui n'ont quant à elles aucune prétention d'être des "villes internationales", c'est qu'il y aurait probablement eu le serbo-croate en moins et l'arabe et le kabyle en plus.

En conclusion, soyons un peu plus modestes avec notre prétendue "ville internationale"…car ne serions-nous finalement pas qu'une simple enclave suisse en France, un accident de l'histoire?

13:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

"les frontaliers français viennent nous voler nos emplois " la personnes qui pense de même est vraiment débile.

Écrit par : claude | 06/04/2015

Claude: à prendre du second degré ou entre guillemets; je ne le pense pas personnellement mais beaucoup le pensent. Merci de me lire.

Écrit par : Ashwani Singh | 07/04/2015

Bonjour Ashwani Singh,

tout d'abord félicitations pour votre blog. Vous y soulevez des questions pertinentes concernant notre région transfrontalière, des points rarement abordés sur Internet (donc les médias n'en parlons pas) sur la circulation routière, etc...
Je me présente, je suis citoyen français, j'habite en France près de la frontière. Bien que n'étant pas suisse ni même frontalier, les questions de mobilité à Genève m'interpellent et me concernent aussi je crois : en effet là où je travaille (en France donc), la plus grande partie de la clientèle est suisse.
En matière de gueguerre "trop de frontaliers" ou "au contraire", je n'ai aucune idéologie en la matière, simplement je constate des causes et des effets. Les Genevois (y compris du MCG/UDC et autres identitaires) traversent en masse la frontière pour y trouver des résidences moins chères et des prix moins chers dans les supermarchés. En échange, certains de mes compatriotes n'éprouvent aucune culpabilité à chercher du travail de l'autre côté de la frontière, prétextant que les salaires en Euros ne suffisent pas à surmonter le coût de la vie proche de la frontière : je comprends leur raisonnement et leur calcul. Je pense qu'ils ont raison. D'autant plus qu'on ne trouve pas toujours du travail sur France, ou en tout cas pas à proximité. C'est aussi simple que cela.

Salutations cordiales.

Écrit par : Paul Myers | 15/04/2015

"une simple enclave suisse en France, un accident de l'histoire?" Ou plutôt une simple enclave française en Suisse, non ?

Écrit par : Géo | 15/04/2015

Une fois de plus, quelqu'un malmène les réalités. Ce n'est pas pour rien que le Oin-oin de service est sorti et la ramène avec ses conneries du genre enclave française ou Genève ville de province, faut être prêt à tout ici. Tenez :

- Avec les employés OG/ONG, plus de 50% de la population est internationale

- A Genève, arrive en moyenne 3 ministres ou chefs d'Etats par jour

- Je suis plusieurs chaines étrangères, régulièrement on parle de "Geneva" ou Ginebra, ou autre. Parfois plusieurs fois par semaine et des sujets différents, j'en ai même tenu un petit agenda tellement j'étais surpris

- Un expatrié à qui j'ai parlé il y a une dizaine de jours, m'a dit stricto sensu : "J'aimerais bien améliorer mon français mais les gens me répondent toujours gentiment en anglais"

Si ça vous suffit pas pour considérer que Genève est tout de même un poil internationale, alors là...

Écrit par : JDJ | 15/04/2015

Je ne veux pas abuser de votre hospitalité, mais le hasard fait que je viens d'écouter Genève à Chaud (au sujet de base tragique) qui parle de ce très joli projet pour fêter l'entrée de Genève dans la Confédération.

Y parle M. Pictet qui répète quelque chose que j'avais déjà entendu mais qui vaut vraiment la peine d'être redit ici : Chaque individu sur cette terre est directement touché par des dizaines de décisions qui sont prises à Genève, sans qu'on le sache vraiment ni à Genève ni en Suisse".

Ca se passe de commentaires...mais ça tombait bien. Merci.

http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=26992 (dès 25,50)

Écrit par : JDJ | 16/04/2015

Merci JDJ, Géo, Paul Myers et Claude pour avoir réanimé un post que j'avais publié il y a trois ans et depuis fort longtemps oublié. Je me voulais alors provocateur, mais je faisais également un appel à un peu de modestie lorsque j'entendais certains se targuer parfois un peu trop fort de notre statut de ville internationale, attitude qui m'a souvent irrité. Sinon, comme beaucoup de villes d'ailleurs, Genève est constituée de groupements sociaux-culturels (qui n'ont pajoritairement rien d'international) qui vivent en se côtoyant, mais sans forcément se connaître. Moi-même étant un pur produit de la mondialisation, j'ai pris racine à Genève (à Thônex pour être précis), où je me sens bien. Merci à vous tous de me lire.

Écrit par : Ashwani Singh | 16/04/2015

Les commentaires sont fermés.