19/01/2012

Oui à la traversée de Thônex!

Hier, le mercredi 18 janvier 2012, le projet de traversée du lac - et son complément qu'est l'autoroute de contournement "est" (de Vésenaz-à Vallard ou Etrembières) - a donc pris un sérieux coup de frein, et ce ne sont pas les molles phrases se voulant vaguement rassurantes de M. Antonello Laveglia, Porte-parole de l'Office fédéral des routes (Ofrou) selon lesquelles "rien n'est encore perdu pour Genève" qui nous feront croire le contraire. Si l'on doit compter sur Berne, l'éventuelle réalisation que l'on pouvait encore espérer pour 2035 ou 2040 prendra au mieux encore du retard, au pire ne se fera jamais. Or Genève doit absolument continuer à accorder à ce projet un statut prioritaire et lui assurer une forte visibilité - avec un mental de battant et de gagnant - en explorant notamment dès à présent des sources alternatives de financement tels que les Partenariats publics-privés (PPP).

658845564.jpg Parallèlement, les communes de la rive gauche sinistrées par le trafic pendulaire nord-sud (Puplinge, Thônex, Veyrier…) doivent dès à présent se mettre ensemble pour élaborer un projet commun d'axe fluidifié entre le secteur d'Arve-et-Lac et la Praille, Carouge et Plan-les-Ouates. Thônex en particulier ne peut pas et ne veut pas attendre une hypothétique autoroute en 2045 pour régler une situation aujourd'hui déjà insupportable.

 

15:16 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Quoi sous mon immeuble ! T'es fou ! Je m'y oppose ;-)

Il faut en effet faire bouger les choses. Mais mon sentiment est qu'il faut absolument que nos élus genevois (au grand conseil et à Berne) parlent d'une seule voie pour clairement faire aboutir la traversée du lac, mais surtout son prolongement souterrain jusqu'à Thônex ou Etrembière.

Seul un projet concerté et régional a un réel impact sur le transit routier et malheureusement une tranchée couverte "communale" ne fait que réduire les nuisances localement mais ne résout pas pour un sous le problème en amont et en aval de l'ouvrage et du transit Nord-Sud dans le secteur Arve-Lac.

Tout au plus cette traversée pourrait être envisagée, sur une courte distance, comme passage sous-voies de la Rue de Genève pour des questions de fluidité sur des carrefours et pour améliorer la circulation devant deux écoles.

Bien amicalement

Écrit par : Philippe Calame | 20/01/2012

@Philippe: merci de me lire. Les autorités et élus genevois peuvent toujours "parler d'une seule voix"... mais cela n'empêche pas que la traversée du lac et autoroute de contournement "est" ne se feront peut-être malgé tout pas, ou du moins pas avec la manne fédérale, raison pour laquelle il faut dès à présent en faire une forte priorité cantonale en explorant des modes de financement alternatifs. Il faut également que les communes de Puplinge, Thônex et Veyrier en particulier prennent parallèlement l'initiative d'élaborer un projet avec une vision commune plutôt que d'attendre que cela vienne des instances cantonales...ces dernières seront de toute façon impliquées au moment opportun dans le processus qui sera malgré tout fort long...

Écrit par : Ashwani Singh | 20/01/2012

Il y a une piste à explorer qui ne l'a pas été jusqu'à présent, c'est celle des fonds interreg européens destinés à soutenir des projets transfrontaliers d'importance régionale et qui ont souvent été utilisés, ailleurs, pour financer des ouvrages d'arts particulièrement importants. Le raccordement à l'autoroute française (qui va se prolonger jusqu'au contournement de Thonon), les nécessités de déplacement au sein de l'agglo franco-valdo-genevoise et entre les deux rives françaises et suisses du lac permettent d'envisager un tel financement. Qu'à ce jour, les services de l'Etat n'ont à ma connaissance pas vraiment exploré.
Après, un financement public/privé, les pressions sur Berne, tout cela est nécessaire pour faire avancer ce projet fondamental pour la qualité du vivre ensemble dans la région.

Écrit par : Philippe Souaille | 20/01/2012

@Philippe C: concernant le "parler d'une seule voix" de la classe politique genevoise, c'est évident que ce ne sont pas les Antonio Hodgers, Liliane Maury-Pasquier, Robert Cramer & Cie qui vont plaider avec conviction et énergie en faveur de la traversée du lac...d'ailleurs je crains qu'une partie de la classe politique n'ait d'autres soucis en ce moment, ce qui doit faire bien rire l'autre ...lire http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-traversee-du-lac-divise-les-elus-genevois-a-Berne/story/21630920

@Philippe S: merci pour cette information, j'ignorais cette éventuelle possibilité de financement. Affaire à suivre.

Écrit par : Ashwani Singh | 20/01/2012

Ça vous ferait gagner combien de temps sur le trajet?

Écrit par : nail art | 16/03/2012

@Nail art:une heure

Écrit par : Ashwani Singh | 05/02/2015

Vous avez bien saisi le problème, il est impératif de rapprocher les communes de la rive droite de l'Arve au contournement autoroutier ouest de Genève, idéalement par la construction d'une nouvelle voie rapide.

Écrit par : Paul Myers | 19/04/2015

Les commentaires sont fermés.