22/11/2010

Quelques réflexions sur le métro de Dubaï

Je rentre d'un voyage en Inde et dans le Golfe, à la fois professionnel (surtout) et privé (un peu): j'aurai certainement l'occasion d'en reparler dans ces lignes. C'est ma cinquième visite aux Emirats Arabes Unis en un peu plus de dix ans et je ne cesse d'être émerveillé chaque fois par le développement spectaculaire, l'architecture innovante, l'énergie palpable et la volonté visionnaire de construire une société post-pétrolière basée sur le tourisme, la finance et les services. L'Emirat de Dubaï en particulier n'a que peu de ressources pétrolières et ce n'est pas l'or noir qui explique son développement.

HPIM1728.JPG

Dubaï: un métro moderne et propre

Dubaï dispose depuis bientôt deux ans d'un nouveau métro, sans conducteur, en site propre et aérien sur la plus grande partie du réseau: ainsi, la fluidité du trafic automobile n'est pas entravée et des voies de circulation ne sont pas sacrifiées pour les transports publics, contrairement à la pratique "anti-bagnole" de Genève la laquelle la population, de guerre lasse, semble malheureusement de plus en plus résignée. Mais ce qui m'a le plus frappé, c'est l'absolue propreté qui règne, tant à l'intérieur du métro que dans la ville en général: pas de mendiants, pas de mauvais musiciens qui nous cassent les oreilles, pas de papiers ou de canettes de boissons qui traînent sur le sol, pas de dégueulis ou d'autres liquides douteux, pas de tags…comment est-ce possible?

Rappelons que 80% de la population des Emirats est immigrée, majoritairement en provenance du sous-continent indien et d'autres pays émergents ou en développement: Egypte, Maroc, Philippines, etc. , ce qui dément la thèse de certains selon laquelle la saleté - tout comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs - serait due "aux étrangers". Non, je vous assure que l'on ne coupe pas la main de ceux qui jettent des déchets par terre et que non, il n'y a pas des policiers partout - je n'en ai d'ailleurs vu aucun -, mais il y a  certainement des vraies sanctions pénales, crédibles et dissuasives, qui n'existent plus chez nous depuis fort longtemps. Il y a le respect des lois et des règlements, que les autorités savent faire appliquer avec fermeté. A ceux qui seraient tentés d'en faire un débat sur les droits de l'homme ou la sharia - je les vois venir ! -, je leur réponds déjà: ça n'a rien à voir!

Les EAU, un état policier? Le sourire et la serviabilité des habitants quels qu'ils soient nous en dit autrement.

10:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.