25/09/2010

L'UDC se met au vert…et c'est le monde à l'envers

Lors des débats du Grand Conseil liés au projet de loi de déclassement de la zone des Cherpines, les interventions de deux élus UDC ont particulièrement retenu l'attention.

Se voulant défenseur de la zone agricole, le sympathique vigneron au nœud papillon Eric Leyvraz demande si l'on va "…bientôt faire pousser des salades sur les toits…": Or sans aller jusque là, doit-on considérer qu'affecter 47% de la surface du Canton de Genève à la zone agricole se justifie encore en 2010 et que son déclassement limité, sélectif et progressif reste un sujet absolument tabou? Bien sûr, les Genevois sont attachés au vignoble et ne voudraient pas que l'on y touche. Par ailleurs les produits maraichers écoulés localement constituent une agriculture de proximité que l'on doit encourager. Mais les centaines et centaines d'hectares dévolus aux champs de blé, de colza, de tournesol ou encore de betterave n'ont absolument rien à voir avec une agriculture "de proximité": certains ont été plantés à la place de vergers,  encore nombreux dans notre région il y a un siècle, puis progressivement arrachés car trop intensifs en main d'ouvre et insuffisamment rentables. Avant de trop glorifier la zone agricole, n'oublions pas aussi qu'elle est consommatrice de pesticides et de carburant diesel pour les engins, et qu'elle ne peut se passer d'une main d'œuvre majoritairement immigrée en tout temps, et en période de récolte tout particulièrement.


La députée Christina Meissner a fait plus fort encore en s'en prenant aux "anglo-saxons". "Allons-nous", demande-t-elle, "créer des zones industrielles pour accueillir des emplois anglo-saxons et construire pour loger des Anglo-Saxons?" Or pourquoi s'en prend-elle aux Anglo-Saxons et non aux Russes, aux Brésiliens ou aux Allemands? Mystère. Peut-être faisait-elle allusion aux gestionnaires de "hedge funds" et de fonds de "private equity", tous, on le "sait", bien évidemment anglo-saxons. Or elle semble ignorer que le DARES participe à un service de promotion économique exogène qui a justement pour mission d'attirer des entreprises étrangères dans notre région; que c'est un effort continu, car certaines sociétés multinationales ou financières quittent Genève ou disparaissent (Union Carbide, Amoco, BP…) et qu'il est indispensable de les remplacer; que Patek était polonais, Givaudan français, Brown anglais, Boveri et Firmenich allemands, et que tous ont largement contribué à faire la prospérité de Genève et de la Suisse; qu'aujourd'hui, Genève a beaucoup de chance d'accueillir les sièges de Procter & Gamble, Du Pont, Reuters, Caterpillar, Hewlett-Packard, Oracle et les autres; que sans l'ouverture au monde économique international, Genève connaîtrait la douce somnolence de Châteauroux, Limoges, Angoulême ou encore Tours et Angers, ainsi que l'indifférence générale que leurs noms suscite, même si ces villes ont certainement leur charme.

D'ailleurs les traders et autres supposés "golden boys" (et "girls") ne vont certainement pas loger dans les LUP ou autres logements soumis au régime HM, HLM ou en coopérative d'habitation, qui selon l'Art 4A al 3 de la Loi générale sur les zones de développement, doivent constituer au moins la moitié du programme. Mais justement en bloquant ces programmes, on est assuré de les contraindre, eux et beaucoup d'autres, à se loger en France voisine ou dans le Canton de Vaud.

PG_HQ_Geneva.jpg

Procter & Gamble:
3000 emplois en Suisse

C'est vrai que certaines facettes de l'UDC me dérangent. Mais je ne doute pas un instant de l'attachement profond de ce parti à la Suisse et apprécie beaucoup sa prudence par rapport aux dépenses publiques, son parler vrai, son bon sens, son libéralisme économique et ses exigences en matière de sécurité et d'ordre public. Ce parti reste un allié indispensable pour ceux qui, à Genève, veulent développer et appliquer une politique clairement ancrée à droite. Or la position de l'UDC dans cette affaire reste incompréhensible. On aurait compris si les objections de l'UDC par rapport au projet d'urbanisation des Cherpines étaient fondées sur les questions de mobilité et de fluidité du trafic, mais ce n'était malheureusement pas le cas.  L'UDC cherche-t-il à prendre des voix aux Verts? Ou encore à Ecologie Libérale? L'épisode des Cherpines "floute" l'image forte et claire que l'on avait jusqu'ici de l'UDC; une partie de son électorat pourrait le lui reprocher et le lui faire payer aux prochaines élections par un vote protestataire qui affaiblirait l'ensemble de la droite. Ce serait dommage.

Signé: un Anglo-Saxon atypique, élu à Thônex

13:44 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

Il faut quand meme un jour poser la question de ce developpement economique purement exogene. Il a beaucoup apporte jusqu'ici, mais a-t'il encore du sens ?

1) Il enrichit le canton.. mais appauvri les Genevois en contribuant a augmenter tres fortement le cout de la vie.
2) Il ne reduit en rien le taux de chomage comme le montre l'impact nul sur le taux de chomage Genevois. Contrairement a ce qui est dit, un emploi importe ne cree pas des emplois locaux car les qualifications requises pour ces emplois publies localement ne correspondent pas aux competences des chomeurs genevois.
3) Ce developpement aggrave considerablement les nuisances de circulation existantes et aggrave considerablement la penurie de logement alors que les lois en place qui empechent de construire suffisament de logement ne sont pas remises en question par les partis qui se pretendent favorables au logement,
4) Ce developpement economique exogene penalise les entreprises genevoises en donnant un avantage fiscal ehonte a des entreprises etrangeres au detriment des entreprises genevoises. Elle penalise aussi les PME genevoises en reduisant le pouvoir d'achat et en pejorant les conditions de vie de leurs salaries.
5) Ce developpement exogene qui vole des emplois a des pays clients et amis est malsain pour l'avenir du canton.
6) Il n'est pas perenne puisque meme les Conseillers d'Etat admette que cela ne pourra pas durer bien longtemps.
7) Mais surtout, l'argument principal des Conseillers d'Etat est d'affirmer qu'il est fiscalement rentable... (comme si la politique cantonale devait mettre les recettes fiscales au dessus du bien etre des Genevois). C'est un point de vue a tres court terme. Les excedents fiscaux ne s'explique que parce que le canton ne realise aucun des investissements en infrastructures (transports, hopitaux, creches et ecoles) rendus necessaires par ces arrivees massives d'expatries : plus de 10 000 par an dans la region et le rythme semble s'accelerer.

Plutot que de donner des arguments aux partisans de la decroissance, il est temps au contraire d'imaginer une nouvelle politique economique a Geneve, une politique qui accorde au moins autant d'avantage aux entreprises locales qu'aux entreprises etrangeres, une politique qui vise a creer des emplois qui correspondents aux qualifications des chomeurs locaux, une politique qui reduise le taux de chomage sans aggraver la crise de la mobilite et la penurie de logement, une politique qui ne se fasse pas au detriment des principaux pays clients, amis et voisins, une politique qui endogene plutot qu'une politique exogene !

Pour ce qui est de la position de l'UDC sur les Cherpines, elle est totalement absurde. Ils se font elire sur des theses blocheriennes.. puis redeviennent soudainement agrariens... En l'occurence leur vote aurait pour consequence de chasser 6000 genevois du canton faute de logements alors que leur slogan de campagne etait "Geneve, canton suisse". Si l'UDC refuse que des terres agricoles deviennent constructible, il devrait pour etre coherent soit lancer une initiative contre la politique economique exogene, soit accepter de declasser les zones de villa (ou les deux d'ailleurs). Ils ne font ni l'un ni l'autre et ne s'embarasse aucunement de coherence, sur ce sujet la comme sur les autres.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 01/10/2010

C'est génial, on attire des emplois éthique, comme ceux des edge funds, union carbide et les cigarettiers ! Moi je propose également de cibler des entreprises comme Black Waters ... enfin je serai heureux de voir toutes les maisons de mon quartier occupées par de gens qui ne parle pas ma langue, qui paye un loyer qui dépasse mon salaire, mais qui travaille dans des entreprises respectables !

Écrit par : Djinius | 01/10/2010

@Antione Vieillard: Bonjour Antoine, merci tout d'abord pour l'honneur que vous me faites en lisant mon blog et le commentant de manière aussi détaillée. Certaines de vos remarques - peu nombreuses il est vrai - me paraissent pas complètement dénuées de sens alors, je ne vais pas systématiquement chercher à vous contredire point par point. Considérez simplement que j'ajoute une couche supplémentaire de commentaires visant à approfondir la réflexion et le débat.

1) "…appauvrit tous les genevois…"?
Certes notre coût de la vie est élevé, mais je prétends que les salaires le sont également, et que l'un dans l'autre le pouvoir d'achat n'est finalement pas du tout aussi mauvais que vous le dépeignez ou l'insinuez, y compris pour des personnes à revenus modeste; or la prospérité de notre région vient bien de quelque part, et je prétends qu'elle a pour source essentiellement des facteurs moteurs exogènes de notre économie.

2) Le taux de chômage genevois, tout regrettable qu'il soit, reste considérablement meilleur que celui des pays voisins et particulièrement des régions de ces mêmes pays qui n'ont aucun contact économique digne de ce nom avec le monde extérieur; je n'ose pas imaginer que serait notre taux de chômage si les multinationales devaient quitter Genève; Des loyers plus bas? Certainement. Plus de logements libres? Oui. La préservation du niveau de vie - et notamment du pouvoir d'achat - que nous connaissons actuellement? En aucun cas.

"Contrairement à ce qui est dit, un emploi importé ne crée pas des emplois locaux car les qualifications requises pour ces emplois publiés localement ne correspondent pas aux compétences des chômeurs genevois".
C'est malheureusement partiellement vrai pour la 2e partie de votre affirmation, car les possibilités d'emploi pour les personnes à faible niveau de qualification sont de plus en plus limitées, et ce dans tous les pays développés, mais l'ensemble de votre remarque s'inspirant d'arguments populistes laisse penser que vous méconnaissez le rôle des vases communicants dans l'économie et notamment ce que sont les secteurs "moteurs" par rapport aux secteurs "induits" d'une économie, fût-elle locale ou régionale. Je ne peux que vous enjoindre à vous documenter sur le sujet. Que serait d'ailleurs le genevois français et le Faucigny sans la Genève internationale, sa notoriété, son aéroport…

3) "Ce développement aggrave considérablement les nuisances de circulation existantes et aggrave considérablement la pénurie de logements alors que les lois en place qui empêchent de construire suffisamment de logements ne sont pas remises en question par les partis qui se prétendent favorables au logement".
C'est vrai qu'il y a des lenteurs et des blocages, propres à toute vraie démocratie, mais nous vivons dans une démocratie directe, nos lois sont votées par des vrais parlements issus d'élections populaires - y compris au niveau cantonal - contrairement aux Conseils généraux des départements français, ces derniers n'ayant d'ailleurs pas pouvoir de légiférer. Laissons les citoyens, la classe politique et les institutions de notre pays avancer à leur manière, même si beaucoup - dont moi le premier - souhaiteraient un développement plus rapide..

4) "Ce développement économique exogène pénalise les entreprises genevoises en donnant un avantage fiscal éhonté a des entreprises étrangères au détriment des entreprises genevoises. Elle pénalise aussi les PME genevoises en réduisant le pouvoir d'achat et en péjorant les conditions de vie de leurs salaries."
Fort heureusement, les entreprises genevoises que sont Rolex, Patek, Firmenich, Givaudan, Caran d'Ache, Merck-Serono et les autres n'ont pas besoin de votre sollicitude pour rayonner dans le monde entier. Je pourrais le dire aussi pour de nombreuses PME genevoises: connaissez-vous le cluster Biotech régional? Assistez-vous à la remise des différents prix de l'industrie octroyés par la CCIG ou la FER? Bref connaissez-vous VRAIMENT le tissu des PME régionales qui réussissent, tournées vers l'avenir et l'extérieur?

5) "Ce développement exogène qui vole des emplois a des pays clients et amis est malsain pour l'avenir du canton".
Quels sont selon vous nos pays amis? Quant à nos pays clients, j'espère qu'à long-terme il s'agira surtout de la Chine, de l'Inde, du Brésil, du Vietnam…pays qui connaissent des taux de croissance de 8-10% et non la pauvre zone Euro, affaiblie par une population vieillissante, travaillant 35h et prenant sa retraite à 60 ans - parmi les blagues les plus cruelles que l'on peut infliger à la prochaine génération.

6) "Il n'est pas pérenne puisque même les Conseillers d'Etat admettent que cela ne pourra pas durer bien longtemps."
Merci de nous fournir une référence, une citation.

Toutefois comme je j'ai dit plus haut, je ne suis pas systématiquement en désaccord avec vous, mais j'ai malgré tout dû attendre de lire les dernières lignes de votre post pour trouver enfin des propos auxquels je pouvais souscrire pleinement ! Bien à vous.

Écrit par : Ashwani Singh | 01/10/2010

@Djinius: Union Carbide n'existe plus depuis belle lurette; BAT a pour l'essentiel quitté Genève; je n'ose pas croire que vous insinueriez que Procter & Gamble, DuPont, Hewlett-Packard, Caterpiller ou Reuters ne sont pas respectables...quant à "votre langue", vous pourriez l'écrire mieux ;-)

Écrit par : Ashwani Singh | 01/10/2010

Oui, faites des remarques sur la forme (j'aurais pu faire un effort, mais je n'ai pas le temps de me relire) et évitez le fond: ma remarque est clair : les entreprises qui sont attirées a Genève, et dont il faut loger les employés aux salaires indécemment élevés, d'une part font une pression sur les prix des logements, d'autres part on peut se demander d'où proviennent ces sommes qui permettent des financer des salaires si haut. Pour moi la réponse est claire : ces transnationales de la finances, de l'agrochimie,etc (*) n'ont aucune éthiques et sont un danger pour la société.

(*) Caterpillar fabrique des jolis pelle mécanique blindée pour aider israël a raser des maisons - ooops, à se défendre.

Écrit par : Djinius | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.