30/07/2010

Consommation d'électricité: naïveté, pragmatisme, lâcheté ou hypocrisie?

On apprend que les éoliennes font du bruit et dérangent les habitants (v. liens ci-dessous) qui préfèreraient les voir installées…ailleurs: Pardi ! Tiens donc ! Seulement voilà, le problème, c'est où? La simple vérité est que, lorsque l'on exclut les centres habités (bruit, manque de place, protection des monuments et sites), les régions rurales (protection des oiseaux et de la petite faune contre le bruit la nuit) et les espaces naturels (protection du paysage), il ne reste pratiquement plus de sites possibles pour l'implantation d'éoliennes. La production d'électricité grâce à l'énergie du vent serait de toute façon restée très marginale en Suisse mais, maintenant, on peut le dire clairement, l'idée est probablement définitivement enterrée. Un rêve brisé chez ceux qui y croyaient vraiment ? J'y vois plutôt le mensonge exposé chez ceux qui se sont fait élire en nous proposant…eh bien simplement…du vent.


win_farm.jpg

(ci-dessus: parc éolien dans le désert de Californie, près de Palm Springs: impossible en Suisse)

Il n'est pas question dans ces lignes de carburants ou de combustibles, mais uniquement de consommation d'énergie électrique. Or cette dernière va continuer d'augmenter en Suisse, modérément bien sûr car nous ne sommes ni en Chine ni en Inde, mais de façon réelle malgré tout et quoi qu'on fasse, essentiellement pour des raisons de structure démographique, de mode de vie et d'évolution technologique. Or la production hydroélectrique est saturée. Même si les panneaux photovoltaïques installés sur les toits contribueront certes à produire une (très) petite part de l'électricité consommée en Suisse, c'est bien l'électricité d'origine fossile (huile, gaz) ou (quelle horreur !) nucléaire qui devra compenser l'essentiel de l'augmentation de la consommation.

Les centrales à gaz naturel permettant les "cycles combinés" ou la "cogénération" sont de loin les plus propres parmi celles utilisant des sources fossiles et permettent des rendements énergétiques pouvant atteindre 62% (58% en électricité, le reste en énergie thermique pour le chauffage à distance ou l'alimentation en chaleur dans l'industrie). Il faut alors bien évidemment les implanter à proximité de centres industriels ou d'habitation pour en tirer pleinement profit. Leurs émissions de CO2, déjà considérablement plus faibles par KWh que les centrales à mazout, à charbon ou encore à charbon brun dit aussi lignite (Allemagne, Pologne…), doivent en outre être entièrement compensées: une aubaine pour les autres secteurs industriels et pour le CleanTech. Il faut savoir ce que l'on veut.

Pour conclure, il n'y a in fine que deux possibilités: soit l'on construit de nouvelles centrales ou augmente la capacité des centrales existantes en Suisse, soit l'on importe de plus en plus d'électricité produite dans les pays voisins, bien entendu d'origine nucléaire ou fossile pas toujours des plus propres  - ne serait-ce que selon les critères mêmes de ceux qui se proclament défenseurs de la planète -  une politique alors pragmatique, lâche ou hypocrite, chacun en jugera.

Parler vrai, ça fait du bien. Bon été à tous.

http://www.tdg.ch/actu/suisse/eoliennes-reveillent-pleine...

http://www.tdg.ch/actu/suisse/editorial-eoliennes-ne-pass...

14:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Et la réduction de la consommation électrique par la suppression des gaspillages ça ne vous vient même pas à l'idée??

Incroyable!

Écrit par : Sandro Minimo | 02/08/2010

La consommation d'électricité augmentera en Suisse malgré les gains en efficacité, comme je l'ai dit plus haut, pour des raisons démographiques, de société, de mode de vie et de développement technologique. Les transports publics tout comme les trains - plus rapides et plus fréquents - sont gourmands en électricité. La voiture électrique ou hybride aura également un impact. Tout ça c'est bien, ça permet d'économiser du carburant, mais au prix d'une consommation électrique qui augmente. Ce n'est pas moi que le dit, mais Avenir Electricité Suisse: v. http://www.avenirelectricite.ch/consommation/offre-demande/

Mais peut-être sont-ils aussi des menteurs?

Écrit par : Ashwani Singh | 02/08/2010

Eh bien, M.Singh, si vous en êtes encore à croire les arguments des publicités, il n'y a plus grand-chose que l'on puisse faire pour vous.

Écrit par : Georges-André Bitoniaux | 04/08/2010

Parce que vous vouliez "faire quelque chose" pour moi? Quoi au juste? Prier pour mon âme? Sachez que les producteurs d'électricité, loin d'être des méchants capitalistes à chapeau haut-de-forme et fumant le cigare chers aux dessinateurs satiriques, sont pour la plupart des entreprises publiques sous la tutelle de gouvernements cantonaux ou de structures intercantonales. Oui, ils font de la communication. Informer fait partie de leur devoir, tout comme les pouvoirs publics informent sur le tabagisme, le SIDA, le tri des déchets...Appellez ça de la publicité si vous voulez.

Écrit par : Ashwani Singh | 04/08/2010

Vous caricaturez. Tout n'est pas tout blanc ou tout noir.

La Suisse est un petit pays avec un relativement petit marché de l'électricité. Il n'empêche qu'il y a des intérêts financiers très intéressants en jeu. Peu importe que les structures soient publiques ou privées. On veut nous faire accepter la construction de nouvelles centrales nucléaires, pas besoin d'être un sorcier vaudou pour sentir cela. On dit que c'est le courant le moins cher. Si on passe sous silence l'extraction des minerais, la pollution des sites, le traitement des déchets et le risque d'exploitation, je veux bien, mais ça n'a pas grand-chose à voir avec le coût réel.

Il serait nettement plus judicieux d'aller vers une multiplication de petites sources de production en renouvelable, mais c'est moins intéressant financièrement.

Bon, allez, dans ma grande bonté, prierai quand-même pour votre âme. ;)

Écrit par : George-André Bitoniaux | 05/08/2010

Merci, cher M. Bitoniaux, je me sens mieux...;-). D'accord avec vous sur la multiplication des petites sources de production, mais toutefois avec un bémol: renouvleables ok - pourquoi pas - mais ça ne suffira prot probablement pas: alors ceux qui ne veulent pas de nucléaire ou de grandes centrales à énergie fossile ne devraient pas s'opposer aux petites centrales à gaz, très efficaces du point de vue énergétique. Pour en tirer pleiement profit, elles doivent être situées à proximité de zones habitées, pour la production d'eau sanitaire et le chauffage à distance. Vernier n'en a pas voulu, c'est dommage: ça ne sert à rien de les implanter au milieu de nulle part...

Écrit par : Ashwani SINGH | 29/11/2010

Les commentaires sont fermés.