14/05/2010

Quelle différence, en matière de vélo…entre un Libéral…et un écolo?

Réponse: les libéraux en font aussi, mais n'en font pas grand cas, préférant une pratique discrète, sans polémique et dans le respect des autres formes de mobilité. Alors que la Ville de Genève cherche à greffer une piste cyclable sur le pont du Mont-Blanc, posons-nous la question de la nécessité objective d'équiper toutes nos routes de voies réservées aux vélos. C'est bien sûr politiquement correct, mais c'est aussi très coûteux et, surtout, largement inutile. Habitant Thônex, il m'arrive de me rendre au Centre Ville, y compris sur la Rive Droite, en vélo, en empruntant un itinéraire largement constitué de routes secondaires et de quartier (v. ci-dessous). Par ailleurs, nous disposons de plusieurs ponts autres que celui du Mont-Blanc pour passer d'une rive à l'autre. Il me semble que chacun peut, s'il le veut, se construire un itinéraire qui évite au maximum les grands axes, permettant également de découvrir ou de redécouvrir des quartiers entiers que l'on ne voit que peu en voiture ou en transports publics. Or c'est bien évidemment sur le réseau secondaire qu'il faut favoriser la mobilité douce et de proximité, ce qui implique de concentrer et fluidifier le trafic motorisé sur le réseau primaire au lieu de le réguler ou de l'entraver encore plus - ce qui a pour effet pervers de provoquer sa percolation à travers le réseau secondaire. Trop simple? Probablement.



Pour ceux que ça intéresse: mon itinéraire depuis le centre de Thônex à la Rive Droite, sans passer par le Pont du Mont-Blanc: avenue de Thônex; chemin du Bois-des-Arts; Centre sportif de Sous-Moulin; chemin de Mapraz; chemin de Fossard; chemin du Velours; chemin de Bizot; chemin Rieu; rue Pedro-Meylan; parc des Contamines, rue Michel-Chauvet; rue de-Beaumont; rue Charles-Galland; Bourg-de-Four; rue Saint-Léger; parc des Bastions; rue Corraterie; Quai Bezançon-Hugues; enfin, travaux permettant, il y a le choix entre le Pont de l’Ile, le Pont de la Machine et le Pont des Bergues.

itinéraire2.JPG

 


21:06 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

non seulement il faut des pistes cyclables en sites propres sur les grands axes, mais également sur les voies secondaires.

Écrit par : Djinius | 14/05/2010

Je ne doute pas que pour VOTRE trajet personnel depuis Thônex, vous ayez trouvé une route qui vous convient. Mais il faut admettre une chose : les trajet par les routes secondaires et de quartier s'apparente souvent à de la promenade du dimanche où l'on a le temps, comme vous dites, de "redécouvrir certains quartiers"... et donc de prendre des chemins en zig-zag.

Il faut dépasser cette vision du vélo comme un simple "agrément", un hobby du dimanche, mais considérer que les cyclistes peuvent et doivent pouvoir aussi circuler de manière directe... or ceci n'est possible que sur les grands axes!

Et là, le noeud du problème à vélo c'est surtout le centre-ville.

Essayez de partir du jet d'eau sur le quai Gustave Ador. À la hauteur du Jardin Anglais la piste cyclable disparaît, ce qui oblige les cyclistes à traverser le parc, dérangeant ainsi les piétons qui y flânent... Prendre le pont du Mont-Blanc est véritablement suicidaire. Alors on emmerde encore les piétons sur le trottoir, ce qui n'est pas normal.

Autre exemple : quand on vient en ville depuis la rte des Acacias (superbe piste cyclable), on traverse le pont, puis devant Uni-Mail la belle piste devient une bande, et si on longe la plaine, celle-ci disparaît devant Uni-Dufour. Et hop, nous voilà au milieu du trafic sur le bvd Georges Favon entre la chaussée cabossée et les bouches d'égout. On pourrait dire la même chose avec le bvd du Pont d'Arve, l'avenue des Tranchées et mille autres endroits où les pistes cyclables sont soit inexistantes, soit brutalement interrompues.

Notre ville est ainsi faite qu'il n'y a pas de choix : si on veut sécuriser les trajets à vélo, il faut faire des pistes sur le réseau primaire... et donc prendre de la place sur le trafic automobile, ou au moins ralentir celui-ci (en zone 30, c'est assez sécurisant même sans piste - pour autant que l'automobiliste qu'on a derrière nous ne soit pas trop crétin)!

Pensez aussi à tous ceux qui ont un gamin sur le siège arrière... ou qui veulent utiliser une charrette. Pensez aussi à tous ceux qui ont plus de 55 ans et qui voudraient continuer à rouler à vélo, comme on le fait partout dans le Nord de l'Europe... Y'a pas de miracle, toutes les villes vraiment cyclables ont créé des pistes cyclables sur les grands axes!

Écrit par : Sandro Minimo | 14/05/2010

En vélo à Thonex = vous êtes abonné TPG & parquez votre vélo au P+R de Sous-Moulin.

Savez-vous qu'au P+R de Sous-Moulin,
il y a aussi des emplacements pour 2-roues, des barres pour y fixer votre vélo.
Vous pouvez donc allier votre esprit écologique et santé: vous êtres propriétaire d'un VTT ou autre 2-roues, vous pédalez, puis fixez votre bécane, payez votre abo TPG et prenez le bus.

Sauf, trop bête:
Au retour le soir, vous ne retrouvez plus votre 2-roues au P+R de Sous-Moulin!

Seul conseil:
Acheter un cadenas plus compliqué (donc plus cher) que celui du vélo parqué à côté du vôtre.

Si, pour y arriver, vos pneus ont évité les bouteilles de verre cassées, disséminées sur les chemins et dans les environs des jeux d'enfants ...

Bravo la mairie de Thônex!
Bravo le P+R Sous-Moulin!

Suisse, d'origine et non pas par appât.

Écrit par : na...ya | 15/05/2010

Tiens donc:
faut noter que ceci est la première fois que Singh Ashwani laisse poster une réponse sur son blog - non seulement suis suisse, mais femme... dangereux mouvement de Singh!

Écrit par : na...ya | 15/05/2010

bon correction: est-ce son premier jour à Singh de réponses acceptées sur ses blogs?

Écrit par : na...ya | 15/05/2010

Bonjour!
Je vis aux Pâquis et vais partout à vélo depuis deux ans. Je ne suis pas écolo ni libérale, je suis juste une urbaine qui trouve que se déplacer à vélo en ville de Genève est la chose la plus intelligente et rapide!
Donc, pour répondre à votre question, je pense en effet que greffer une piste cyclable sur le pont du mont-blanc en prenant la place d'une des bandes de voiture n'est vraiment pas une solution, par contre, en été, c'est la catastrophe pour les vélos + piétons de passer sur ce pont. Pourquoi ne pas faire un côté piéton aller-retour, et l'autre côté, vélo (aller-retour). comme ça on laisse le côté rade pour les piétons qui vont jusqu'au jardin anglais, et on propose aux cyclistes le côté gauche qui reste souvent vide. De cette façon, on n'a pas à enlever une bande voiture.
Voilà! Bonne journée à tous,

Écrit par : Campeas | 17/05/2010

Donc, en fait, vous oubliez juste de dire que la différence c'est que le libéral ne prend le vélo que 2 fois par année et sinon utilise son hélico (cf. photo) ?

Écrit par : Fufus | 18/05/2010

Les commentaires sont fermés.