01/11/2009

La traversée de Thônex

Il est beaucoup question ces temps de la traversée de Vésenaz, dossier observé de près par les habitants de Thônex chez qui il suscite qui suscite envie et, avouons-le, une certaine jalousie! Nous aimerions aussi une traversée qui, partant de la route de Jussy au nord, rejoindrait l'avenue de Thônex au sud de l'agglomération urbaine. Car à Thônex, ce n'est pas tellement la radiale qui mène au centre-ville qui pose problème, ce trafic essentiellement transfrontalier passant en grande partie par la route Blanche et la route de Malagnou, puis destiné à être transféré en partie sur le CEVA. Non, le vrai problème de Thônex est posé par le trafic nord-sud (secteur d'Arve-et-Lac vers Carouge ou Plan-les-Ouates), axe qui ne sera jamais correctement desservi par les transports publics et pour lequel les automobilistes n'ont pas d'alternative que de passer en plein centre de Thônex, en empruntant les rues du réseau secondaire et de quartier. Tant que la traversée du lac et le bouclement autoroutier "est" (de Vésenaz à Vallard ou Etrembières) ne seront pas réalisés, Thônex continuera longtemps d'être engorgé. Alors, réalisons une traversée de Thônex!

traversee_thonex.jpg
Une traversée sous-route qui évite le centre urbain de Thônex. v. aussi http://www.apexserv.com/asingh/mobilite.php .

 

09:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Eh ben voyons! Et après ces voitures viennent se déverser au centre-ville? Et en ville les habitants doivent subir le trafic sans broncher?

Ou alors on va faire une traversée souterraine de la ville? Puis une traversée de Vernier? Meyrin? Onex? Carouge?

Arrêtons un peu ces inepties maintenant. Vous l'admettez ici : le trafic est un PROBLÈME. La bagnole est un problème! Seul objectif : diminuer MASSIVEMENT le trafic. Seul moyen : + de transports publics, MOINS de routes, MOINS de parkings, + de pistes cyclables!

En tout cas avec cet article vous démontrez par A+B la bêtise de ce projet à Vésenaz... si chaque commune veut sa tranchée couverte on n'est pas sortis de l'auberge...

Écrit par : Sandro Minimo | 01/11/2009

Ciao Sandro, si tu avais bien lu, tu aurais vu que je fais référence à un trafic tangentiel et non radial, qui passe d'une zone rurale ou périurbaine à une autre, sans passer par le centre ville: ce genre de trajet ne sera JAMAIS bien desservi par les transports publics. Quant aux voitures, elles seront à l'avenir encore moins polluantes qu'aujourd'hui (où elles le sont déjà bien moins qu'hier...) , elles seront hybrides, propulsées par le gaz naturel, l'hydrogène ou l'électricité, mais elles auront tout autant besoin de ROUTES. C'est en les canalisant sur les axes performants et fluidifiés qu'on arrivera à libérer les reseaux secondaires et de quartier pour la mobilité douce de proximité. Enfin et c'est l'évidence même, des voitures dans des parkings (de grande capacité et judicieusement placés) ne sont pas en train de tourner sur les rues à chercher déespérément une place pour se garer...

Écrit par : Ashwani Singh | 01/11/2009

1. La voiture propre n'existe pas et n'existera jamais. Repousser le problème là-dessus aurait été comme nous dire qu'il ne fallait surtout pas interdire la clope dans les lieux publics car demain tout le monde fumera des cigarettes électroniques!

D'ailleurs, les experts disent qu'au mieux, en 2025, 3.2% du parc automobile sera électrique. Trois virgule deux! C'est risible. Et même si c'était plus, même si demain, 100% des voitures qui passent devant Vésenaz ou à Thônex roulaient à l'eau minérale : est que ça changerait quelque chose à l'insécurité pour les gamins? À la sensation d'un village coupé en deux? À la convivialité du lieu? Au bouchons? NON, et vous le savez bien. Pire encore : avec des voitures soi-disant "propres" les gens auraient meilleure conscience et rouleraient certainement encore plus. D'où un plus grand nombre encore de bouchons. Bref, déplacer le débat de l'encombrement automobile à la question du mode de propulsion n'a pas de sens, si ce n'est pour refuser de regarder la réalité en face. Ce qui vous arrange bien.

2. Le trafic radial. Vous avez raison, il y a un grave manque des TPG pour des transports publics de "ceinture", battons-nous donc ensemble pour qu'enfin on relie Thônex à Satigny sans passer par le centre-ville! Battons-nous pour que Carouge soit mieux relié à l'aéroport sans passer par le centre. Mais ne nous battons surtout pas pour plus de routes, ce qui signifie plus de bagnoles, ce qui signifie plus de routes, etc.
L'inefficacité de ce transport de banlieue à banlieue est une réalité aujourd'hui mais ce n'est pas une fatalité, simplement une question de priorité politique. La DGM (direct. gén. de la mobilité) l'a bien compris puisque c'est sa priorité pour l'avenir!

3. Penser qu'on va pouvoir fluidifier les axes principaux c'était une idée des années 60! On l'a fait, on a vu le désastre (des bagnoles partout, des bagnoles et encore des bagnoles qui appellent toujours plus de routes). Aujourd'hui, on est entrain de construire des trams sur ces grandes pénétrantes, auxquels il faut maintenant rajouter des pistes cyclables (là où il n'y en a pas) et l'avenir c'est cela : des grands axes sur lesquels subsiste une voie automobile dans chaque sens au maximum. Tout comme il n'y a qu'une voie tram, qu'une voie vélo, etc. COMPLEMENTARITE!

4. Les parkings sont des aspirateurs à voiture. Plus on fait de parkings, plus on attire les voitures. Les automobilistes qui finissent par renoncer à leur voiture au profit du tram le font souvent car il n'y a pas de place garantie à leur arrivée. Le meilleur moyen de décourager un automobiliste de prendre sa bagnole c'est donc de ne pas lui offrir une place de parking sur un plateau. Voilà pourquoi l'un des objectifs principaux de notre politique de mobilité au centre-ville à l'avenir doit être la suppression massive de parkings pour encourager l'usage des transports publics et du vélo!

Comme vous le voyez on n'est pas du tout d'accord, mais c'est simplement que vous avez 30 ans de retard... ne vous inquiétez pas, ça se rattrape!

Écrit par : Sandro Minimo | 01/11/2009

(Re) Ciao Sando, merci pour ce débat loyal et intéressant.

1. Que la "voiture propre n'existera jamais" est une affirmation dont je te laisse la responsabilité; les voitures "propres" peuvent tout aussi bien être plus petites, roulant moins de km par an, avec des moteurs plus efficaces et propulsées par autre chose que de de l'essence (moteurs hybrides, hydrogène, électricité...). Voilà pour les "experts" dont je ne vais pas remettre l'expertise en cause dans ces lignes. Les gamins, cyclistes, scooteristes et personnes âgées courrent d'aiilleurs autant de risques de se faire chouter par un véhicule des TPG ou un tram (qui, rappellons-le, a une priorité absolue!) que par une voiture. Le traversée de Vésenaz (ou de Thônex) cherche justement à éviter un village coupé en deux, de même que les bouchons, ce qui, il est vrai, m'arrangerait fort bien.

2. Tu oublies de dire que la rive droite (de l'aéroport jusqu'à Bardonnex, puis jusqu'à Carouge) dispose d'une autoroute de contrournement et d'une liaison jusqu'à la Praille et la Jonction. Au moins tu as l'honêteté de ne pas vouloir supprimer cette voie et, de ce fait, reconnaît implicitement son utilité; ces localités n'ont donc pas besoin de traversées sous- ou sur-route. Pour le reste, oui, battons-nous ensemble pour le CEVA, pour une traversée du lac qui comprend potentiellement aussi le rail et pour compléter la ceinture autoroutière autour de Genève. Quant à "plus de routes = plus de bagnoles", c'est un crédo et un mantra auquel je ne crois pas, que c'est n'est pas à force de me l'entendre répéter ad nauseum que j'y croirai plus et sur lequel je me suis déjà exprimé (v. http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/archive/2009/09/17/au-secours-je-defends-l-automobile.html).

3. et 4. J'ai déjà répondu à ces prises de position idéologiques "anti-bagnole" peu convaincantes pour moi et te renvoie à bon blog ainsi qu'aux différents documents donnés en référence, et te souhaite une excellente fin de weekend.

Écrit par : Ashwani Singh | 01/11/2009

Les commentaires sont fermés.