30/10/2009

La Mairie de Saint-Hippolyte

Entourée de pinèdes où chantent les cigales, la charmante petite localité de Saint-Hippolyte -de-Montaigu (à prononcé avé l'assang) a inauguré une nouvelle mairie en 2008. Eêêêh? Pardi ! Fonctionnelle, construite en respectant l'architecture locale, ses locaux  comprennent une réception, les bureaux de Madame le Maire, des deux adjoints, du secrétaire et des autres salariés, ainsi que la salle du Conseil municipal, une grande salle polyvalente et même une petite bibliothèque publique, petit bijou qui fait la fierté de la commune. Le complexe comprend en outre une grande esplanade des fêtes ainsi qu'une déchetterie. Son coût (€ 470.000) a été couvert sans augmentation des impôts par la vente de l'ancien bâtiment (€ 230.000), par des subventions de la Direction générale de l'équipement (DGE, €70.000) et du Conseil général (€ 50.000), par des fonds propres (€ 50.000) et par un emprunt (€70.000). Beaucoup la trouvent trop luxueuse et trop chère, comme quoi c'est les mêmes problèmes partout...ou vraiment? En tout cas il y a là matière à réflexion sur les similitudes et les différences qui existent entre nos communes genevoises et une localité qui n'est pourtant qu'à moins de 400km à vol d'oiseau...

(v. aussi http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/a...)

09:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/10/2009

L'erreur collective

Que ce soit dans les livres d'histoire, les recueils de stratégie d'entreprise ou les manuels d'instruction militaire, beaucoup a été écrit au sujet de la psychologie de l'"erreur collective" selon laquelle un groupe peut être amené à prendre une décision que la majorité des membres pris individuellement sait, en son for intérieur, être aberrante. Parmi les facteurs de risque figurent la loyauté envers le groupe, le refus de critiquer les camarades, le respect de la hiérarchie ou encore les longs processus décisionnels pendant lesquels les conditions extérieures changent profondément. Seule la présence de quelques individus (il n'en faut parfois qu'un seul) éclairés, courageux, profondément convaincus et déterminés peut alors permettre d'éviter à tous de rentrer ensemble dans le mur. Qu'ils en soient remerciés.

"Lorsque les données et les circonstances changent, je change d'avis. Et vous, Monsieur, vous faites quoi?" - John Maynard Keynes

Le grand économiste anglais nous rappelle que ce n'est pas parce que l'on a choisi une voie à un certain moment qu'il faut absolument et toujours la suivre obstinément jusqu'au bout. Ainsi, s'arrêter parfois quelque temps pour réfléchir, ce n'est pas "retourner sa veste" mais tout simplement faire preuve d'intelligence, de bon sens et de responsabilité.

17:09 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

15/10/2009

Mairie de Thônex - Arrêtons cette folie!

Conseiller municipal depuis deux ans et demi, je n'ai jamais fait mystère de mon scepticisme par rapport au projet d'agrandissement de la mairie de Thônex, scepticisme qui repose à la fois sur des raisons de forme et de fond.

Beaucoup a déjà été dit sur les multiples versions du projet présentés entre novembre 2008 et avril 2009 et dont le montant initial de CHF 29,610 millions a passé par différentes variantes pour finir à CHF 20,256 millions dans la version du 29 septembre 2009 - sans les crédits d'études déjà votés -, somme qui reste toutefois très importante. Ces chiffres qui variaient considérablement d'une fois à l'autre et plus généralement toute cette saga ont suscité chez moi de multiples interrogations sur lesquelles dont je ne citerai que quelques exemples:

Lire la suite

16:30 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

09/10/2009

Insécurité - la faute à Schengen?

Ce que les accords de Schengen enlevaient d’un côté (contrôle aux frontières – ce qui au fond arrangeait fort bien nos autorités fédérales car nous manquions d’effectifs pour les contrôler efficacement, Schengen étant donc du pain béni…), ils étaient sensés ajouter de l’autre: les collaborations transfrontalières entre les services de police, permettant notamment l’échange de données ou le droit de poursuite au delà de la frontière. Ces collaborations ne fonctionnent pas trop mal à Bâle et Zürich car elles ont fait l’objet d’une stratégie active de la part des polices cantonales concernées. Notre police genevoise n’a, par contre, jamais cherché à mettre un tel dispositif en place. Alors l’insécurité actuelle, la faute à Schengen? Indirectement peut-être un peu quand même, mais c’est surtout par l’inaction du Conseiller d’Etat genevois en charge de la police qui n’a pas voulu mettre en place les mesures complémentaires indispensables. C’est fort dommage.

(v. aussi http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/a...)

08:59 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

08/10/2009

Sécurité: bon sens et fermeté

Alors que la "racaille d'Annemasse" et les minarets déchaînent les passions, arrêtons-nous quelques instants, respirons profondément et prenons un moment pour réfléchir. Nous sommes en grande majorité d'accord pour affirmer que l'insécurité actuelle n'est plus acceptable et qu'il faut agir. Mais alors faisons-le de manière intelligente et efficace, la tête froide et avec des objectifs clairs. On n'agit pas de la même manière contre les mendiants, les dealeurs sans papiers, les cambrioleurs organisés ou encore les jeunes délinquants désœuvrés. Chaque composante de notre insécurité a en effet ses particularités et exige des solutions différentiées. Une fois comprises, elles doivent être appliquées avec fermeté. C'est pourquoi il faut élire un Grand Conseil et un Conseil d'Etat capables de définir une politique sécuritaire claire et ensuite de la mettre en œuvre sans état d'âme. Les Genevois doivent donc éviter que soient élues des factions qui continuent de prôner l'angélisme des années 60, d'autres encore qui oscillent au centre, hésitent et sont d'emblée ouvertes à toutes les compromissions, d'autres enfin qui attisent inutilement les passions alors qu'on les sait incapables de proposer des solutions réalistes. Pour conclure, des objectifs clairs, du bon sens et une grande fermeté, loin d'être incompatibles, constituent au contraire l'ensemble le plus apte à assurer notre sécurité à l'avenir. Pensez-y le 11 octobre.

(v. également http://www.apexserv.com/asingh/securite.php)

11:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/10/2009

Un minaret, c'est quoi exactement?

Que demande formellement l'initiative populaire fédérale "contre la construction de minarets"?
Que:
La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est modifiée comme suit:
Art. 72, al. 3 (nouveau)
La construction de minarets est interdite.

Elle laisse donc aux lois et règlements d'application ultérieurs le soin de définir ce qu'est un "minaret" et c'est là que ça va devenir réellement intéressant. Prenons la définition du Petit Robert: "Tour d'une mosquée du haut de laquelle le muezzin appelle les fidèles à la prière". Fort bien, sauf qu'en Suisse, l'appel à la prière, que ce soit par le muezzin lui-même ou par haut-parleur, est déjà interdite par les dispositions existantes. Dès lors, le minaret, apanage généralement d'une mosquée mais pas toujours et pas uniquement, n'a, en Suisse du moins, qu'une valeur architecturale symbolique.

Lire la suite

12:44 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook

06/10/2009

La sécurité absolue est-elle possible?

Non. C’était bien là le sens de mon post d’hier qui, tout en se voulant provocateur, était destiné à être lu au second degré, en espérant que l’humour et l’ironie seraient compris. Une sécurité absolue vis-à-vis de menaces exogènes ou extérieures à notre pays est en effet simplement irréalisable en pratique. Elle ne serait par ailleurs ni souhaitable ni efficace. Ma “proposition” sécuritaire était en réalité celle qu’aurait dû faire le président de l’UDC s’il avait été cohérent. Je ne suis pas mécontent de voir que cette affaire divise profondément les rangs de l’UDC, parti qui comprend de nombreuses personnes que j’apprécie et qui, tout en étant conservatrices, sont souvent pleines de bon sens et en aucun cas des ogres xénophobes.

(v. aussi http://www.apexserv.com/asingh/securite.php)

09:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/10/2009

Le CEVA – Un nouveau moyen de transport pour la racaille d’Annemasse !

Le CEVA – Un nouveau moyen de transport pour la racaille d’Annemasse ! Expulsons les criminels étrangers! Ne leur offrons pas encore un accès à Genève ! Votons UDC (Publicité UDC, page 23, TdG du 5 octobre 2009)

J’ai quelques propositions plus concrètes encore à faire: limitons sur le plan fédéral à 40 le nombre d’accès routiers et ferroviaires en Suisse, nombre qu’apparemment nos gardes-frontières pourraient réellement contrôler efficacement. Genève étant un canton à forte activité transfrontalière, nous aurions par contre droit à un peu plus que notre part de ces points, cinq au total, à savoir Vallard, Bardonnex, Douvaine, Meyrin-CERN et Ferney, tous les autres passages étant définitivement fermés.

Lire la suite

11:38 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

01/10/2009

A quand l'Internet à haut débit dans chaque cellule de Champ-Dollon?

Un réseau de trafiquants d’héroïne, actifs sur le canton de Genève et la France voisine, a été démantelé début juin dernier par la brigade des stupéfiants de la police genevoise. Huit personnes ont été arrêtées et deux kilos de drogue, ainsi que 12 kilos de produits de coupage, saisis. La bande était dirigée par un Albanais détenu à la prison de Champ-Dollon. Le cerveau du réseau se trouvait en détention préventive depuis mars dernier dans le cadre d’une autre affaire de trafic d’héroïne, a précisé mercredi la police genevoise. Il détenait clandestinement un téléphone portable avec lequel il donnait des instructions détaillées aux divers protagonistes de son réseau. Son téléphone a été saisi lors d’une fouille. (tdg.ch le 30.09.2009, 13h30, discussion fermée)

Un téléphone portable apparemment matérialisé dans l'ectoplasme, qui a pu longtemps échapper aux fouilles régulières et exhaustives des cellules et qui fonctionne malgré la très efficace brouille des signaux en place sur tout le périmètre. Les dealeurs de la rue de Fribourg ou des Jandin Anglais téléguidés depuis Champ-Dollon, c'est vraiment trop cocasse. Attendons la prochaine fouille programmée pour 2011 pour la découverte des ordinateurs portables utilisés "clandestinement".

(v. aussi http://www.apexserv.com/asingh/securite.php)

16:41 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook