01/10/2009

A quand l'Internet à haut débit dans chaque cellule de Champ-Dollon?

Un réseau de trafiquants d’héroïne, actifs sur le canton de Genève et la France voisine, a été démantelé début juin dernier par la brigade des stupéfiants de la police genevoise. Huit personnes ont été arrêtées et deux kilos de drogue, ainsi que 12 kilos de produits de coupage, saisis. La bande était dirigée par un Albanais détenu à la prison de Champ-Dollon. Le cerveau du réseau se trouvait en détention préventive depuis mars dernier dans le cadre d’une autre affaire de trafic d’héroïne, a précisé mercredi la police genevoise. Il détenait clandestinement un téléphone portable avec lequel il donnait des instructions détaillées aux divers protagonistes de son réseau. Son téléphone a été saisi lors d’une fouille. (tdg.ch le 30.09.2009, 13h30, discussion fermée)

Un téléphone portable apparemment matérialisé dans l'ectoplasme, qui a pu longtemps échapper aux fouilles régulières et exhaustives des cellules et qui fonctionne malgré la très efficace brouille des signaux en place sur tout le périmètre. Les dealeurs de la rue de Fribourg ou des Jandin Anglais téléguidés depuis Champ-Dollon, c'est vraiment trop cocasse. Attendons la prochaine fouille programmée pour 2011 pour la découverte des ordinateurs portables utilisés "clandestinement".

(v. aussi http://www.apexserv.com/asingh/securite.php)

16:41 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Une histoire qui pourrait nous faire sourire mais finalement c'est choquant. Notre prison 3 étoiles, nos peines d'emprisonnement légères et peu dissuasives, nos police désavouée, nos politiques laxistes en matière de renvoi....voilà quelques ingrédients croustillants pour la future plaquette à éditer pour le tourisme de la drogue que Genève est en train de se forger.

Écrit par : demain | 01/10/2009

Une police en désarroi et démotivée: des personnes dont les valeurs comprennent la loyauté et l'esprit de corps et qui sont formées pour donner et/ou recevoir des ordres doivent être dirigées par des chefs qui donnent une direction claire, puis soutenues loyalement en cas d'attaques extérieures (ce qui n'empêche pas d'éventuelles mesures disciplinaires en interne); d'où une partie des difficultés de recrutement et du manque d'effectifs; 2e problème: l'énorme fossé entre les peines pénales supposées /attendues/voulues par la population et celles prévues par le code pénal, puis encore celles (souvent risibles) réelement appliquées; ce fossé doit maintenant faire l'objet d'un réel débat de société; l'échelle des sanctons pénales ne peut plus faire l'objet de décisions réservées aux seuls avocats et "experts" psychosociolgues; 3e problème: les prisons, mais comme pour tout à Genève (routes, ponts, tunnels, trains, logements, groupes scolaires, mairies, pistes cyclables, zones industrielles), le temps que les études, expertises, conte-expertises, recours, impacts environnementaux, préservation de la petite faune, etc... soient terminés, le projet sera au final quatre fois trop petit (voire inutile) et quatre fois trop cher, ou au contraire pas réalisé bien qu'indispensable. Combien de temps les Américains ont-ils mis pour constrire Guantanamo (s'il vous plaît pas de débat ici sur les droits de l'homme, il ne s'agit que de construction): je parierai que ce n'était pas huit ou dix ans comme il en est question pour Champ-Dollon II....REVEILLONS-NOUS!!!

Écrit par : Ashwani Singh | 01/10/2009

Les commentaires sont fermés.