14/09/2009

Oui à la grande traversée du lac

(Tribune de Genève, 26 août 2009) L’UDC a annoncé hier le lancement d’une initiative en faveur d’un tunnel de 2×2 voies reliant l’avenue de France au Port-Noir. Plutôt surprenant que la moyenne traversée rejaillisse… alors que la grande traversée – sur la voie d’un possible consensus politique – fait son petit bonhomme de chemin entre le Vengeron et la Belotte.

Cette initiative est perturbatrice et risque de semer la confusion, ce dont nous nous passerions bien.


Ce qu’il faut, c’est la grande traversée comprenant – pourquoi pas – aussi le rail, complétée par l’autoroute de contournement “est” (jusqu’à Vallard ou Etrembières) et par la réalisation d’un “vrai” réseau RER qui puisse relier par exemple Thônon à Nyon… sans nécessairement devoir passer par la Praille. Ces projets sont cohérents avec le développement de la ZI de Colovrex, complément indispensable de celui de Praille-Acacias-Vernets (PAV). Bien sûr, il faut aussi fluidifier les grandes pénétrantes routières pour délester le réseau secondaire et de quartier, afin de pouvoir ainsi mieux y aménager la mobilité douce. Oui aussi à la troisième voie – autoroutière et ferroviaire – entre Genève et Lausanne. Et n’oublions pas les parkings… Du pain sur la planche pour la prochaine législature, où il faut espérer une majorité claire de droite, tant au Conseil d’Etat qu’au Grand Conseil, capable d’une réelle vision et de formuler enfin des plans cohérents. Les Genevois en ont assez des demi-mesures qui ne règlent ni le trafic automobile, ne les transports publics, ni la mobilité douce!

(v. aussi http://www.apexserv.com/asingh/mobilite.php)

08:44 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rade, lac, autoroute, udc, initiative | |  Facebook

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

La moyenne traversée répond aux besoins de mobilité des Genevois. La Grande traversée n'aurait aucun impact sur la circulation de Genève.

La moyenne traversée est le résultat d'études succesives qui répondent au désengorgement de la circulation sur Genève centre, et notamment le pont du Mont Blanc.

La grande traversée n'aurait d'utilité poru les Genevois qu'aux alentours des années 2030, lorsque l'agglomération sera plus avancée.

De plus, en tunnel, cette traversée ne gâchera pas le paysage idylique que nous offre la rade. Tout bénéfice pour les Genevois.

Sinon, à d'argumenter votre propos pour défendre la grande traversée ? Faudra t'il aller jusq'à la belote pour traverser la rade ? Quel horizon ? quelle fréquentation ? quel effet sur la circulation interne du Canton ?

Le débat reste ouvert.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/09/2009

@Stephane: la grande traversée - couplée à l'autoroute Vésenaz-Etrembières ou Vallard, sans laquelle elle n'aurait pas de sens - permettra de relier tout le secteur d'Arve-et-Lac, mal connecté, avec le reste de la Suisse; elle permettra aussi, dans une optique régionale, de relier Annemasse, Thônon...etc. à l'Aéroport et à la future ZI de Colovrex (car des frontaliers y travailleront, n'en déplaise à certains..); elle offrira une alternative au trafic qui passe actuellement en plein centre de Thônex, à tout le trafic nord-sud du secteur d'Arve-et-Lac (Jussy-Carouge, Choulex-Plan-les-Ouates...etc); mais je ne suis pas opposé à une moyenne traversée, peut-être faudra-t-il à terme les deux; mais je persiste à dire que l'initiative actuellement vient compliquer les choses alors que le consensus était enfin en train de prendre forme autour de la grande traversée; mais c'est bientôt les élections ! mdr.

Écrit par : Ashwani Singh | 14/09/2009

La grande traversée n'est pas concevable avant 2040-2050. Elle n'est pas viable sans la troisième voie autoroutière de l'A1 ni le développement du réseau autoroutier français. Elle absorbera simplement l'augmentation du trafic qui surviendra ces 30 prochaines années, trafic de contournement autoroutier de Genève, qui actuellement n'est plus absorbé par le contournement Ouest, complètement saturé.

La moyenne peut être réalisée à dire d'experts en 42 mois. Elle vise à dégorger les quais et les ponts, aujourd'hui complètement saturés, de plsu de 50 % de leur trafic.

Visant des objectifs différents, à des moments différents, ces deux traversées ne sont pas concurrentes mais complémentaires, et aussi nécessaire l'une que l'autre dans leur fonction respective.

Écrit par : j.nizard | 14/09/2009

@j.nizard je ne sais pas ce que veut dire "pas concevable avant 2040-2050...": Par qui et par quoi? La DGM? Je vous propose d'essayer de vous rendre par véhicule privé aux heures de pointe (p.ex.) de Puplinge à Plan-les-Ouates (on oublie les transports publics!) en 2009, et de constater la situation ACTUELLE et non celle projettée pour 2040 ou 2050.

Écrit par : Ashwani Singh | 14/09/2009

Les commentaires sont fermés.